Accéder au contenu principal
Chili / Justice

La justice chilienne ouvre une première enquête sur la mort de l’ex-président Allende

Le président chilien, Salvador Allende, en 1973.
Le président chilien, Salvador Allende, en 1973. REUTERS/Stringer

Pour la première fois en 37 ans, la justice chilienne va ouvrir une enquête sur les circonstances exactes de la mort du président Salvador Allende lors du coup d’Etat du général Pinochet en septembre 1973. L’annonce a été faite, le 27 janvier 2011, à Santiago par les plus hautes autorités judiciaires. La version la plus répandue est que Salvador Allende, élu président du Chili en 1970, à la tête d'une coalition de gauche, s'était suicidé le 11 septembre 1973 dans le palais présidentiel, bombardé par l'armée de l'air.

Publicité

Avec notre correspondante à Santiago du Chili, Claire Martin

Le 11 septembre 1973, le président Salvador Allende prononce son dernier discours avant de mourir. Avant que le palais présidentiel ne soit bombardé par les forces armées dirigées par le général Augusto Pinochet qui prend le pouvoir.

Resté seul dans le palais présidentiel, Salvador Allende aurait pris le fusil offert par le président cubain, Fidel Castro, pour se suicider. C’est la thèse principale de sa mort. Aucune investigation judiciaire n’a pourtant corroboré cette version.

Certains croient encore à l’assassinat. C’est pourquoi la procureure, Beatriz Pedrals, vient d’ouvrir l’enquête. Celle-ci et 725 autres : un travail de recherche sur tous les morts pendant la dictature qui n’ont pas encore fait l’objet d’une investigation. Beatriz Pedrals s’explique sur cette initiative :

« Là où il n’y a pas eu d’enquête, la justice va se charger de mener l’enquête. Et on parviendra aux conclusions qui correspondent. Il est possible qu’on parvienne à faire la lumière sur certaines circonstances et non sur d’autres. Mais le fait est que la justice va enquêter ».

Dans le cas de Salvador Allende, trente-sept ans ont passé depuis. En savoir plus sur sa mort, risque d’être difficile.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.