Accéder au contenu principal
Argentine

Argentine : l'enquête sur l'assassinat des deux Françaises à Salta piétine

Les parents de Cassandre Bouvier et Houria Moumni (D) sont arrivés à Salta mardi 2 août 2011.
Les parents de Cassandre Bouvier et Houria Moumni (D) sont arrivés à Salta mardi 2 août 2011. AFP

Les familles de Cassandre et Houria, les deux Françaises assassinées dans un chemin de randonnée à Salta, dans le nord de l’Argentine, sont arrivées hier mardi 2 août dans cette ville. Elles ont aussitôt été reçues par le gouverneur Juan Manuel Urtubey avant de procéder à une reconnaissance formelle des corps et d'engager les procédures destinées à leur rapatriement. Pendant ce temps, malgré l’arrestation d’un nouveau suspect, l’enquête menée par le juge Martín Pérez semble toujours piétiner.

Publicité

Avec notre correspondant à Buenos Aires, Jean-Louis Buchet

Afin de permettre le rapatriement des corps, les médecins légistes ont mis les bouchées doubles. On a ainsi pu reconstituer les circonstances de la mort des deux jeunes femmes.

Cassandre Bouvier aurait été exécutée d’un tir à la tête alors qu’elle était à genoux, après avoir été violée. Témoin du viol de son amie, Houria Moumni aurait tenté de fuir. Rattrapée au bout de quelques mètres, rouée de coups et plaquée au sol, elle a reçu une balle dans le dos, mais ne serait morte qu’au terme d’une agonie de plusieurs heures.

Le juge affirme toujours que Cassandre et Houria auraient été tuées entre 48 et 72 heures avant la découverte des corps le 29 juillet. Mais des experts estiment que les décès pourraient avoir eu lieu dans la nuit du 15 juillet, alors qu’elles rentraient de leur randonnée, le froid régnant dans la région expliquant que les corps se soient maintenus dans un bon état de conservation.

Des doutes apparaissent également au sujet du suspect arrêté mardi 2 août. Il s'agit d'un habitant de la vallée, comme le loueur de chevaux arrêté lundi et libéré le même jour faute de preuves. Selon le juge, ce second suspect serait lié à la vente d’une arme qui pourrait être celle du crime. Mais les témoignages qui ont conduit à son arrestation seraient aussi fragiles que ceux qui avaient été pris en compte par le juge pour le premier suspect.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.