Accéder au contenu principal
ETATS-UNIS

Le responsable des sévices d’Abou Ghraïb libéré aux Etats-Unis

Une des photos qui ont très vite fait le tour du monde: Charles Graner souriant pose devant la dépouille d'un prisonnier irakien.
Une des photos qui ont très vite fait le tour du monde: Charles Graner souriant pose devant la dépouille d'un prisonnier irakien. AFP Photo/Courtesy ABC News

Ce caporal américain avait été condamné à dix ans de prison pour son rôle de meneur dans le scandale de la prison irakienne d'Abou Ghraïb, en 2004. L’armée américaine a annoncé la libération de Charles Graner samedi 6 août 2011, suscitant des réactions d'indignation dimanche à Bagdad. Le caporal, âgé aujourd'hui de 42 ans, sera resté six ans et demi en détention.

Publicité

Avec notre correspondant à Washington, Raphaël Reynes

Il était à l'époque caporal de réserve dans la 372e compagnie de police militaire des Etats-Unis. Une compagnie chargée, en 2004, de la surveillance de la prison irakienne d'Abou Ghraïb, et Charles Graner était le meneur de ce groupe de 6 gardiens, hommes et femmes à l'origine du scandale qui a éclaboussé l'armée américaine.

Les photos diffusées dans la presse étaient sans équivoques. On y voyait notamment Graner poser derrière des prisonniers dénudés, forcés de s'entasser les uns sur les autres. Sur une autre photo, sa compagne de l'époque, Lynndie England tenait un prisonnier en laisse. Une image réalisée par Charles Graner.

Devenue le symbole du scandale, la jeune femme avait écopé de 3 ans de prison. Lui, de la peine la plus lourde prononcée contre les 6 gardiens :10 ans d'emprisonnement dont il aura effectué les deux-tiers.

Ce week-end, Charles Graner a été libéré pour bonne conduite après 6 ans et demi passés dans la prison de Fort Leavenworth, au Kansas. Il est placé sous contrôle judiciaire jusqu'au terme de sa peine, le 25 décembre 2014.

Dans les archives de RFI :

Un nouveau nom pour la prison d'Abou Ghraïb

Polémique sur de nouvelles photos d’Abou Ghraïb

Dix ans de prison pour le caporal Graner

Prisonniers torturés : le malaise américain

Un seul officier supérieur sanctionné

Un «GI» plaide coupable

Accueil glacial pour Rusmsfeld à Abou Ghraïb

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.