Accéder au contenu principal
Venezuela / Etats-Unis

Nouveau coup de froid dans les relations entre le Venezuela et les Etats-Unis

Pluie de fleurs pour Hugo Chavez à son arrivée au parlement où il devait délivrer son discours annuel sur l'état de la Nation, le 13 janvier 2012.
Pluie de fleurs pour Hugo Chavez à son arrivée au parlement où il devait délivrer son discours annuel sur l'état de la Nation, le 13 janvier 2012. REUTERS/Jorge Silva

Alors que les Etats-Unis et le Venezuela ne possèdent déjà aucun ambassadeur depuis 2010, les relations diplomatiques entre les deux pays continuent de s'envenimer. Le président vénézuélien Hugo Chavez a décidé la fermeture du consulat du Venezuela, à Miami, suite à l'expulsion par les Etats-Unis de sa représentante consulaire à Miami.

Publicité

Avec notre correspondant à Caracas, François-Xavier Freland

Ce regain de tension entre les Etats-Unis et le Venezuela, est sans doute lié à  la visite du président iranien Ahmadinejad au Venezuela le 9 janvier dernier. La complicité anti-impérialiste affichée entre Chavez et Ahmadinejed a beaucoup agacé Washington qui, le même jour, annonçait sa décision de renvoyer la consule vénézuélienne à Miami.

Livia Acosta Noguera est accusée par Washington de complot contre le gouvernement américain. Une mesure vécue comme une provocation par Caracas : «une décision arbitraire et injustifiée», selon Hugo Chavez, qui n'a pas tardé à réagir. En mesure de rétorsion, il a décidé de fermer tout simplement le consulat de son pays à Miami, l'un des plus importants aux Etats-Unis. «Nous n'allons pas faire  comme eux. Je n'ai aucune raison de renvoyer un consul américain du Venezuela», a-t-il précisé.

Les Vénézuéliens de Miami, privés d'élection présidentielle

Cette décision, qui touche directement la grande majorité des Vénézuéliens installés aux Etats-Unis, n'a pas échappé à l'opposition. Aussitôt, la nouvelle était amplifiée, et colportée, via le compte twitter d'Alberto Ravell, l'ex-directeur de la chaîne de télévision d'opposition Globovision et ennemi juré du président Chavez. «C'est une mesure politique» pouvait-on lire, ou encore «plus de 70000 Vénézuéliens votent dans ce consulat». Sous-entendu, les électeurs vénézuéliens à Miami, fief de l’opposition en exil, ne pourront voter contre Hugo Chavez, lors des élections présidentielles d'octobre 2012.

Si Hugo Chavez accuse régulièrement l'opposition d'être manœuvrée  depuis Washington, l'opposition l'accuse elle, d’être manœuvré depuis Cuba. Il y a comme une nouvelle «guerre froide» au coeur de la pré-campagne pour les  présidentielles.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.