Accéder au contenu principal
Etats-Unis / Criminalité

Folie meurtrière dans le Connecticut: 27 personnes, dont 20 enfants, tuées

Des familles de victimes près de l'école de Sandy Hook.
Des familles de victimes près de l'école de Sandy Hook. REUTERS/Adrees Latif

Vingt-sept personnes, dont vingt enfants, ont été tuées lors d'une fusillade dans une école primaire du Connecticut, dans le nord-est des Etats-Unis. Le corps du tueur a été retrouvé dans une salle de classe. La fusillade s'est produite vendredi matin 14 décembre à l'école Sandy Hook de la petite ville de Newtown, à 128 kilomètres de New York. Emu, Barack Obama a appelé à prendre des «actions significatives» pour empêcher à l'avenir les fusillades. Il a également ordonné que les drapeaux soient mis en berne pendant quatre jours sur les édifices publics.

Publicité

Paul Vance

Toutes les écoles des alentours ont été bouclées, ont annoncé les autorités scolaires de cette ville de 27 000 habitants. Sur le site internet des écoles publiques du district de Newtown, un message informe que « les garderies après l'école sont annulées aujourd'hui ».

Selon des médias américains, le père de l'un des élèves de l'école élémentaire, qui accueille des enfants de cinq à dix ans, a aussi été tué, ainsi que le directeur de l'école et le psychologue de l'établissement.

Il s'agit de la fusillade la plus meurtrière de l'année. En juillet, un homme armé avait ouvert le feu dans un cinéma proche de Denver, en pleine projection du dernier Batman, faisant douze morts et 58 blessés.

Les classes « une par une »

Peu après 9h30, heure locale ce vendredi matin, la police reçoit des appels en provenance de l’école élémentaire de la petite ville de Newtown. Les forces de l’ordre se rendent alors immédiatement sur les lieux. Le lieutenant Paul Vance, de la police du Newtown, explique que ses hommes ont dû fouiller les classes « une par une ».

Certains témoins disent avoir entendu jusqu'à 100 coups de feu. Le tireur présumé a été retrouvé mort à l'intérieur de l'école, a annoncé la police du Connecticut. Le tueur se serait suicidé.

Le suspect était muni de quatre armes et d'un gilet pare-balles, a indiqué la chaîne de télévision WABC. L'identité du tueur a été un long moment confuse : le nom de Ryan Lanza a un temps été avancé par les chaînes de télévision mais le meurtrier serait son frère Adam, âgé de vingt ans. Le tueur aurait assassiné sa mère mais le lieu du crime varie suivant les sources. Le frère du tueur est interrogé par la police sur les motivations d'Adam Lanza à commettre de tels actes. On ignore si un second tireur était présent, comme l'ont rapporté plusieurs témoins. D'après CBS, une personne est en garde à vue après avoir été interpellée dans les bois près de l'école, vêtue d'un pantalon de camouflage.

Nous avons connu trop de tragédies de ce type ces dernières années...

Barack Obama

Deuxième amendement

A Washington, la Maison Blanche a fait savoir que le président Barack Obama avait toujours la volonté d'essayer de renouveler une interdiction sur les armes d'assaut. La possession d'armes est garantie par le deuxième amendement de la Constitution américaine. Jay Carney, porte-parole de la Maison blanche, a affirmé penser que « ce n'est pas le jour » de discuter de politique. « Je pense qu'il est important, dans un tel jour (...) de ressentir une énorme empathie pour ceux qui ont été touchés », a-t-il expliqué.

Cependant à 21h15, heure de Paris, le président Barack Obama, extrêmement ému, a appelé à prendre des « actions significatives » pour empêcher à l'avenir des fusillades.

Après une autre tuerie contre un temple sikh, cet été, la Maison Blanche avait rappelé que la position du président en la matière restait de s'assurer que ceux qui ne sont pas autorisés à porter des armes ne puissent pas s'en procurer, tout en garantissant aux autres Américains le droit inscrit dans la Constitution à posséder des armes ─ le fameux deuxième amendement défendu bec et ongles par le lobby des armes.

Le réalisateur américain Michael Moore, très engagé contre le port d'armes aux Etats-Unis, s’est empressé sur Twitter, après la fusillade, de dire sa colère. « Trop tôt pour dénoncer une nation folle des armes? Non, trop tard. Au moins TRENTE ET UNE tueries dans des écoles depuis Columbine », a-t-il tweeté, réagissant aux propos du porte-parole de la Maison Blanche.

Les défenseurs du deuxième amendement, eux, sont rodés. Comme à chaque tuerie, ils confient leur choc et rappellent que la solution n'est pas à chercher du côté de nouvelles restrictions.

Le président a lui besoin du Congrès pour avancer sur ce sujet, et jusqu'à présent l'opposition des républicains rendait impossible toute réforme des lois fédérales réglementant le commerce des armes.

(Avec nos correspondants et agences)

En images, après le drame


NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.