Accéder au contenu principal
ETATS-UNIS

Etats-Unis: la libération d'immigrés clandestins, première conséquence des coupes budgétaires

Des immigrés clandestins attendent d'être expulsés au centre de détention américain de Port Isabel, au Texas.
Des immigrés clandestins attendent d'être expulsés au centre de détention américain de Port Isabel, au Texas. AFP/José Cabezas

Selon un rapport, plusieurs milliers d’immigrants clandestins qui devaient être expulsés des Etats-Unis ont été relâchés des centres de détention. Des libérations qui constituent un premier effet tangible des compressions budgétaires entrées en vigueur vendredi 1er mars, mais suspendues depuis.

Publicité

Avec notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet

Ce ne sont pas les clandestins qui vont se plaindre des coupes budgétaires automatiques ! L’inertie des politiques pour les éviter a permis à des milliers d’immigrants illégaux détenus - avant d’être expulsés -, d’être finalement remis en liberté en raison de la réduction du budget de l'Agence de l’immigration et des douanes.

Si au plan économique, cela se justifie, ce qui est plus surprenant, c’est que ni la ministre de la Sécurité nationale, Janet Napolitano - dont dépend le service d’immigration - ni la Maison Blanche n’étaient au courant de l’importance du nombre de prisonniers relâchés.

La Maison Blanche avait simplement parlé mercredi 27 février de quelques centaines de détenus à bas risque. Cette ignorance a soulevé la colère de Jan Brewer, la gouverneure de l’Arizona, un Etat qui ne badine pas avec les sans-papiers.

« Nous n’avons reçu aucune information du gouvernement fédéral. Nous avons appris la nouvelle par la presse. J’étais à Washington peu avant, et j’ai vu le président et la secrétaire de la sécurité nationale : aucun ne m’en a pipé mot. »

Les mises en liberté ont été suspendues depuis, et Janet Napolitano s’est excusée.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.