Accéder au contenu principal
CHILI

Chili: le viol d'une fillette rouvre le débat sur l'avortement

Santiago du Chili.
Santiago du Chili. © Wikipedia/GatoOH

Au Chili, une fillette de 11 ans enceinte des suites d’un viol rouvre le débat sur l’avortement. Ce pays fait partie des six pays d’Amérique latine où l’avortement sous toutes ses formes est illégal. A la veille de quitter le pouvoir en 1989, Augusto Pinochet était revenu sur la loi autorisant l'avortement pour raisons médicales.

Publicité

Avec notre correspondante à Santiago, Claire Martin

Belen a-t-elle droit à un avortement ? Cette fillette surnommée ainsi pour protéger sa réelle identité n’a que 11 ans. Elle a été violée pendant deux ans par son beau-père, elle est aujourd’hui enceinte de presque quatre mois. Du fait de son jeune âge, une grossesse pourrait mettre sa santé en danger.

Seulement, ni l’horreur de l’affaire, ni les risques que court cette fillette n’ont d’impact sur la loi. L’avortement est illégal sous toutes ses formes au Chili. Jusqu’en 1989, l’avortement thérapeutique, c’est à dire appliqué pour des raisons médicales, était pourtant légale. C’est l’ancien dictateur Augusto Pinochet qui l’a interdit à la veille de quitter le pouvoir. Un cadeau à l’Eglise catholique ultraconservatrice très puissante parmi les élites. Car du côté de la population, 53% serait à faveur de sa légalisation.

La candidate du centre-gauche à la présidentielle de novembre, Michelle Bachelet, considère un avortement nécessaire dans ce cas. Les organisations féministes espéraient davantage de l’ancienne directrice d’ONU Femmes. Mais elle parle aussi au nom de la démocratie-chrétienne, farouchement conservatrice. Cette affaire en dit long sur sa liberté de parole et de positionnement.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.