Accéder au contenu principal
Culture

Miss Marvel, la nouvelle superwoman est musulmane

Kamala Khan, la nouvelle Miss Marvel.
Kamala Khan, la nouvelle Miss Marvel. Marvel Comics

Les héros musclés et mythiques comme Iron Man, Spider-Man ou Wolverine, le mutant aux griffes d'acier, n’ont qu’à bien se tenir. L’éditeur américain Marvel lancera en février 2014 les aventures de Kamala Khan, une jeune superhéroïne musulmane.

Publicité

Elle porte fièrement le sigle « S » de la Superwoman sur son buste, les poings vigoureusement serrés, un foulard autour du cou comme signe de féminité dans un monde de superhéros aussi virils que masculins. Voilà à ce que ressemble la nouvelle Miss Marvel, une héroïne d’origine pakistanaise et de confession musulmane. Dans une interview dans le New York Times, l’éditeur américain a déjà levé un coin du voile sur l’univers de son nouveau personnage principal. La nouvelle star s’appelle Kamala Khan, elle a 16 ans, vit à Jersey City, dans l’est des États-Unis : « Son frère est très conservateur. Sa mère est paniquée par l’idée qu’elle puisse toucher un garçon et tomber enceinte. Son père exige qu’elle se concentre sur ses études pour devenir médecin », a confié l’éditrice Sana Amanat.

Collants rouges et mini-robe bleue

C’est G. Willow Wilson, une jeune scénariste convertie à l’islam, inspiré par sa propre jeunesse, qui a conçu cette Kamala Khan qui découvre soudain ses pouvoirs et se retrouve dans les fameux collants rouges et la mini-robe bleue de la superhéroïne. C’est une « Ms. Marvel réelle, en qui peuvent croire les vrais gens et notamment les jeunes femmes ».

Derrière ce pari osé de remplacer Miss Marvel, la blonde, par une fille musulmane d’origine pakistanaise qui prie Allah, s’affiche naturellement la volonté d’explorer la diaspora (et le pouvoir d’achat) des musulmans américains. Déjà en août 2011, le géant américain de bandes dessinées Marvel avait troqué le bleu blanc rouge de Spiderman contre un habit symbolique en bleu black et rouge porté par le métisse Miles Morales, un adolescent new-yorkais afro-latino. Un changement de mœurs ressenti aussi profondément que le coming-out d’Alain Scott, héros de la BD Green Lantern en 2012. À l’époque, Marvel avait riposté avec la mise en scène du mariage homosexuel de deux héros de X-Men ce qui avait mis en rage les mères conservatrices aux États-Unis.

De Dust à Kamala Khan

Reste à savoir si la superhéroïne musulmane Kamala Khan déclenchera les passions. Ou, au contraire, contribuera-t-elle à la dédiabolisation de l’Islam ? En 2002, Marvel avait lamentablement échoué quand il voulait imposer Sooraya Qadir alias Dust, une superhéroïne musulmane derrière un voile. Toutefois, les éditeurs n’ont pas lâche l’affaire. En 2011, l’éditeur DC Comics présentait Nightrunner. C’est l’histoire de Bilal Asselah, un Français musulman d’origine algérienne qui vit à Clichy-sous-Bois, la cité où s’étaient déclenchées les émeutes en 2005. Beaucoup de conservateurs américains se sentaient offensés par le personnage de Bilal. Le même scénario s’est produit avec le héros musulman Baz, publié par DC Comics. Certains conservateurs américains n’hésitaient pas à reprocher à l’éditeur de faire l’apologie du Jihad.

Pour connaître la réponse, il faut attendre trois longs mois. En attendant, Marvel nous invite à regarder Thor :Le Monde des ténèbres au cinéma.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.