Accéder au contenu principal
Chili

Chili: les défis qui attendent Michelle Bachelet

Les revendications des étudiants (traduction : « Pour tous ! Education publique gratuite et digne. La voix du peuple se fait entendre »)
Les revendications des étudiants (traduction : « Pour tous ! Education publique gratuite et digne. La voix du peuple se fait entendre ») RFI/Claire Martin

C’était un résultat attendu, Michelle Bachelet revient à la Moneda, le palais présidentiel de Santiago du Chili, quatre ans après l’avoir quitté. Présidente entre 2006 et 2010, elle s’est imposée dimanche 15 décembre au second tour de la présidentielle avec plus de 62% des voix, contre 35% pour son adversaire, Evelyn Matthei. Avec un programme ambitieux, Michelle Bachelet se sait attendue. Elle dispose d’un peu moins de trois mois pour peaufiner son programme avant de prendre ses fonctions le 11 mars 2014.

Publicité

Jean-Jacques Kourliandsky: « Michelle Bachelet avait laissé un très souvenir en dépit du fait qu'un certain nombre de dossiers n'avaient pas pu être réglés »

Michelle Bachelet va vite devoir se mettre au travail. Lors de sa campagne, la candidate de la coalition de gauche n’a pas hésité à faire des promesses qui semblent, pour certaines, difficilement tenables. Elle s’est notamment engagée à mettre en œuvre 50 réformes dans les 100 premiers jours de son mandat.

→ à (re)lire : Michelle Bachelet remporte la présidentielle chilienne

La première d’entre elle, qui consiste à changer la Constitution héritée de la dictature, pourrait ne jamais voir le jour. Car pour prétendre à une telle réforme, il faut bénéficier d’une majorité qualifiée dans les deux chambres, ce dont la gauche ne dispose pas. Michelle Bachelet devra donc négocier avec les élus de droite, très peu enclins à un tel changement.

Donner satisfaction aux jeunes sur le dossier de l'éducation

Son deuxième grand chantier doit permettre à la jeunesse chilienne d'accéder à une éducation publique de qualité. Les jeunes ont majoritairement voté en sa faveur et attendent avec impatience la mise en œuvre de ce chantier. Mais si la réforme tarde, cette jeunesse pourrait très vite retrouver le chemin des manifestations et des barricades, comme ce fut le cas ces derniers mois.

→ à (re)lire : Elections au Chili: des candidats issus des mobilisations étudiantes se lancent

Une telle réforme coûtera forcément de l’argent. D’où le troisième grand chantier: une large réforme fiscale. Michelle Bachelet désire avant tout réduire les inégalités sociales dans un Chili prospère. Et avec un taux de croissance élevé, elle dispose de la manne financière nécessaire pour atteindre la plupart de ses objectifs.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.