Accéder au contenu principal
Argentine

L'Argentine forcée à la négociation avec les fonds spéculatifs

La présidente argentine Cristina Kirchner a exclu un nouveau défaut de paiement.
La présidente argentine Cristina Kirchner a exclu un nouveau défaut de paiement. REUTERS/Marcos Brindicci

En Argentine, la présidente Cristina Kirchner a vivement réagi, lundi 16 juin au soir, à la décision de la Cour suprême des États-Unis confirmant une sentence de la justice américaine de 2013 l’obligeant à payer 1,4 milliards de dollars à des fonds spéculatifs qui n’avaient pas accepté les restructurations de dette négociées avec ses créanciers privés après la cessation de paiement de 2001. La présidente a rejeté ce qu’elle a qualifié de racket, mais a affirmé que l’Argentine continuerait d’honorer ses engagements, ce que la justice américaine lui interdit en principe si elle ne paie pas ce que réclament les fonds spéculatifs.

Publicité

Avec notre correspondant à Buenos Aires, Jean-Louis Buchet

En 2005 et 2010, la majorité des créanciers de l’Argentine, détenant ensemble 93% de la dette en cessation de paiement depuis 2001, ont accepté d’être remboursés avec une importante décote. Ceux qui ont refusé l’accord sont principalement des fonds spéculatifs qui avaient racheté des titres argentins à bas prix.

Et deux d’entre eux ont obtenu d’un juge américain que l’Argentine soit condamnée à leur payer 1,4 milliards de dollars, 800% de plus que leur mise initiale. La présidente Cristina Kirchner s’y refuse. Au nom de l’éthique et du traitement égalitaire de tous les créanciers, mais aussi parce que c’est 15 milliards de dollars, plus de la moitié des réserves de change du pays, qu’il faudrait débourser si les autres fonds s’adressaient à la justice.

Défaut de paiement ?

La sentence interdit à l’Argentine de continuer à rembourser les créanciers qui ont accepté la restructuration si elle ne paie pas les fonds spéculatifs. Le rejet de celle-ci mettrait ainsi l’Argentine en défaut de paiement. Non parce qu’elle ne pourrait pas payer, mais parce qu’on l’empêcherait de le faire.

Pourtant, la présidente a exclu un nouveau défaut de paiement. Selon les experts, cela veut dire que l’Argentine va négocier avec les fonds spéculatifs. Et que le juge pourrait leur faire accepter de ne pas être payés cash mais par des titres à longue échéance.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.