Accéder au contenu principal
Etats-Unis / Corée du Nord

Etats-Unis: arrivée de deux prisonniers libérés par la Corée du Nord

Kenneth Bae (photo) et Matthew Todd Miller sont arrivés sur la base de l'US Air Force  de Fort Lewis près de Washington dans la nuit du 8 au 9 novembre, après avoir été libérés par la Corée du Nord où ils purgeaient une peine de prison.
Kenneth Bae (photo) et Matthew Todd Miller sont arrivés sur la base de l'US Air Force de Fort Lewis près de Washington dans la nuit du 8 au 9 novembre, après avoir été libérés par la Corée du Nord où ils purgeaient une peine de prison. REUTERS/David Ryder

Kenneth Bae et Matthew Todd Miller, condamnés à de lourdes peines en Corée du Nord, sont arrivés aux Etats-Unis. La libération des deux derniers Américains détenus par la Corée du Nord pourrait-elle marquer un réchauffement dans les relations entre Washington et Pyongyang ?

Publicité

Pour ne pas attirer l’attention, c’est l’espion en chef, James Clapper, directeur du renseignement national, qui est allé en Corée du Nord chercher Kenneth Bae et Matthew Todd Miller, condamnés à de lourdes peines. Rien n’avait été laissé au hasard pour que la mission, soigneusement préparée, se déroule dans le plus grand secret, rapporte notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet.

Matthew Miller, 24 ans, avait été arrêté en avril 2014 et condamné à six ans de prison pour actes hostiles. Le second, Kenneth Bae, a 46 ans. Il était détenu en Corée du Nord depuis 2012 et purgeait une peine de quinze ans de camp pour tentative de déstabilisation du pays.

Cette libération intervenant deux semaines seulement après celle d’un autre Nord-Américain est-elle le signe que Pyongyang souhaite reprendre le dialogue avec les Etats-Unis ? L’admistration américaine qui précise qu’il n’y a pas eu de contrepartie n’est pas prête à renouer aussi longtemps que la Corée du Nord ne renoncera pas à son programme nucléaire.

Le tourisme en Corée du Nord pas recommandé

L’ancien ambassadeur à Séoul, Christopher Hill, voit toutefois dans ces remises en liberté « un geste significatif ». Mais Barack Obama en se réjouissant pour les familles, n’a pas remercié le gouvernement nord-coréen. Certains analystes interprétent cette soudaine mansuétude du « cher leader » comme le désir d’améliorer son image sur la scène internationale, après qu’un rapport des Nations unies ait accusé son régime de violations systématiques des droits de l’homme. Le département d’Etat a pour sa part recommandé aux Américains de choisir une autre destination que la Corée du Nord pour aller faire du tourisme.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.