Accéder au contenu principal
Mexique

Etudiants disparus au Mexique: la colère s’intensifie

A Chilpancingo, les locaux du ministère de l'Education ont été saccagés et incendiés, le 12 novembre 2014.
A Chilpancingo, les locaux du ministère de l'Education ont été saccagés et incendiés, le 12 novembre 2014. REUTERS/Jorge Dan Lopez

Des mobilisations, certaines pacifiques, d’autres émaillées d’incidents, ont eu lieu hier, mercredi, dans divers Etats du Mexique. Les manifestants exigent toujours le retour en vie de 43 étudiants disparus. Mais c’est à Chilpancingo, capitale du Guerrero, que les manifestations s’intensifient le plus et qu’elles sont de plus en plus violentes. Plusieurs centaines de professeurs ont attaqué des bâtiments publics, dont le parlement régional qu’ils ont incendié.

Publicité

Avec notre correspondant à Mexico, Patrick John Buffe

Si la colère gronde dans tout le Mexique, à Chilpancingo, siège du pouvoir de l’Etat de Guerrero, les manifestations sont toujours plus violentes. Quelque centaines de professeurs, des dissidents du syndicat national connus pour leurs actions radicales, ont commencé par saccager, puis ont mis le feu aux locaux du ministère de l'Education.

Ils se sont ensuite dirigés vers le parlement de Guerrero qu’ils ont incendié, l'hémicycle et la bibliothèque n’échappant pas aux flammes. Et ils n’ont pas manqué de mettre à sac les bureaux des députés régionaux. A l’issue de plusieurs heures de violences, dont se sont à nouveau démarquées les familles des 43 étudiants disparus, pas de victimes à déplorer cette fois.

Désormais, il ne se passe pas un jour au Guerrero sans que l’on assiste à des mobilisations qui gagnent en intensité. Mardi, ces mêmes protestataires avaient déjà incendié à Chilpancingo le siège local du PRI, le parti au pouvoir du président Enrique Peña Nieto. Et lundi, des manifestants avaient bloqué l'accès à l'aéroport international d'Acapulco, la célèbre station balnéaire qui, en raison de cette crise, enregistre une baisse dramatique du nombre de touristes.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.