Accéder au contenu principal
La revue de presse des Amériques

A la Une: Colombie, les Farc promettent de libérer les otages

Les Farc devraient libérer le général Ruben Dario Alzate.
Les Farc devraient libérer le général Ruben Dario Alzate. ©Reuters.

Publicité

Les Farc ont promis de libérer le général Ruben Dario Alzate, ainsi que quatre autres personnes capturées au cours des deux dernières semaines. Un accord semble avoir été trouvé avec le gouvernement, ouvrant la voix à la reprise des négociations de paix.

L'annonce faite par les Farc a été confirmée mercredi 19 novembre par les représentants des pays garants des pourparlers de paix, Cuba et la Norvège. Les négociations de paix, interrompues lundi, pourraient reprendre « au plus vite » ont assuré les deux diplomates. La présidence colombienne s’est s'engagée à reprendre les négociations dès la libération effective des otages.

Libération qui se fait encore attendre

Le journal El Tiempo, qui avait annoncé dès la veille que les libérations étaient imminentes, salue aujourd'hui, tout comme l'a fait l'ONU, le rôle des diplomaties cubaine et norvégienne. « L’accord rapide entre les deux parties pour la libération du général et de quatre autres otages prouve l’importance du mécanisme des garants dans le processus de paix. Le rôle des garants est d’intervenir dans les moments de haute tension : et c’est une réussite ! » s’exclame le journal.

Au même moment, trois cents personnes manifestaient dans la capitale colombienne, Bogota, à l'appel d'organisations de gauche et de la société civile. Le quotidien local, El Heraldio, cite le porte-parole de la coalition de centre-gauche Frente amplio, pour qui la « mobilisation vise surtout à faire acte de présence et exiger la reprise des pourparlers de paix. Que personne ne se lève de la table avant la fin des négociations ! » ordonne le porte-parole.

Honduras : un enlèvement à l'issue fatale 

Au Honduras, un autre enlèvement, mais à l'issue fatale, continue de faire couler beaucoup d'encre. C’est celui de Miss Honduras, Maria José Alvarado Muñoz, et de sa sœur. « Une perte irremplaçable », « Seigneur, rendez la vie à Maria José ! » Prières et messages en hommage à Miss Honduras, le journal hondurien La Tribuna en a compilé quelques extraits.

Dans une région qui a connu en un an les meurtres de trois reines de beauté, considérées comme des icônes, l'émotion est vive. « Maria José » et sa soeur ont été retrouvées au bord d'une rivière de Santa Barbara, sans vie. Un peu plus tôt, deux suspects avaient été arrêtés. Beaucoup d'observateurs ont mis en lien ces meurtres avec l'échec des gouvernements de la région à endiguer le fléau du crime organisé.

La Tribuna a suivi pas à pas l'avancée de l'enquête qui s'est très vite orientée vers le crime passionnel. Le journal a envoyé un de ses reporters sur les lieux pour interroger les proches des suspects et notamment la mère du cerveau présumé du double meurtre, Plutarco Antonio Ruiz. Ils ont découvert, dans une maison luxueuse, une mère effondrée par l'incarcération du jeune homme. La Tribuna a interrogé le voisinage. Il en ressort beaucoup de rumeurs autour de la vie dissolue du jeune homme, mais aucun lien avéré avec le narcotrafic, comme indiqué au début.

Etats-Unis : la réforme de l'immigration  

 
Aux Etats-Unis doit avoir lieu jeudi 20 novembre une annonce très attendue, celle du président Barack Obama sur sa fameuse réforme de l'immigration. Le président démocrate, comme il l'a déjà dit mercredi 19 novembre dans une vidéo, va expliquer comment d'après lui il faut réparer un « système d'immigration en panne ».

Son objectif est, rappelle leWashington Times, de régulariser 5 millions de travailleurs sans-papiers ainsi qu'empêcher l'expulsion d'immigrés dont les enfants sont nés sur le sol américain. Des mesures dont beaucoup pourraient bénéficier en Californie, souligne le Los Angeles Times, qui est allé à la rencontre d'immigrés présents depuis des années. Là-bas, espoir et crainte sont mêlés car dans l'Etat qui compte le plus d'immigrés illégaux, beaucoup se disent qu'ils seront sans doute exclus du dispositif.

Sans surprise, le discours sera aussi très suivi par le camp républicain qui s'oppose farouchement à tout passage en force, c'est-à-dire par décret présidentiel pour mettre en place la réforme. Comme le rappelle le Huffington Post, le président de la Chambre des représentants, le républicain John Boehner, et plusieurs autres représentants du parti envisagent de porter l'affaire en justice si le président Obama devait passer sans l'accord du Congrès, désormais à majorité républicaine.
 

 

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.