Accéder au contenu principal
Uruguay

Election présidentielle en Uruguay: Vazquez favori du second tour

Le candidat du Frente Amplio Tabaré Vazquez (d.) et son colistier Raul Sendic, lors de leur dernier meeting à Montevideo le 27 novembre 2014.
Le candidat du Frente Amplio Tabaré Vazquez (d.) et son colistier Raul Sendic, lors de leur dernier meeting à Montevideo le 27 novembre 2014. REUTERS/Andres Stapff

En Uruguay, ce dimanche, le second tour de la présidentielle oppose le candidat de la gauche Tabaré Vazquez à son adversaire de droite Luis Alberto Lacalle Pou. Vazquez, qui a déjà dirigé le pays entre 2005 et 2010, est le grand favori pour succéder à l’actuel président José Mujica, également de gauche.

Publicité

Avec notre correspondant régional, Jean-Louis Buchet

« Nous formerons un troisième gouvernement pour tous les Uruguayens. Dans la nuit du 30 novembre, vous pourrez faire la fête, Uruguayens ! » Ces mots ont été prononcés par Tabaré Vazquez lors de son dernier meeting, jeudi 27 novembre.

Sans ce dernier meeting, on n’imaginerait pas que les Uruguayens élisent leur président ce dimanche, tant Montevideo est calme. Pour tous, l’affaire est entendue : le candidat du Frente Amplio, la coalition de gauche au pouvoir depuis dix ans, l’emportera largement sur son adversaire de droite Luis Alberto Lacalle Pou.

Mariela, uune habitante de la capitale, est enthousiaste : « Le Frente Amplio a beaucoup fait pour les pauvres. Grâce aux impôts de la classe moyenne, on aide maintenant les défavorisés. Avant, les riches gouvernaient pour les riches. »

Mais la gauche, d’abord avec Tabaré Vazquez, déjà élu en 2004, puis avec José Mujica, qui lui a succédé en 2010, ne doit pas son succès qu’aux mesures sociales comme l’explique le politologue Adolfo Garcé : « Elle a très bien conduit la politique économique. Le produit intérieur brut a augmenté. Le chômage a baissé. L’investissement extérieur a été impressionnant. »

Disposant de la majorité au Parlement, Vazquez aura les mains libres pour approfondir les réformes dans les cinq ans à venir. Cinq ans que la droite devra mettre à profit pour se réinventer.

Dernier meeting du candidat du Frente Amplio Tabaré Vazquez à Montevideo, en Uruguay, le 27 novembre 2014.
Dernier meeting du candidat du Frente Amplio Tabaré Vazquez à Montevideo, en Uruguay, le 27 novembre 2014. REUTERS/Andres Stapff

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.