Accéder au contenu principal
Haïti

Vers une démission de Lamothe en Haïti? Martelly salue son «dévouement»

L'opposition a manifesté dans la rue à Port-au-Prince à plusieurs reprises début décembre (ici le 6/12) pour demander le départ de Michel Martelly et exiger l'organisation d'élections.
L'opposition a manifesté dans la rue à Port-au-Prince à plusieurs reprises début décembre (ici le 6/12) pour demander le départ de Michel Martelly et exiger l'organisation d'élections. REUTERS/Marie Arago

En Haïti, une issue à la crise politique est en vue. Depuis des mois, le dialogue entre l’opposition et le président est au point mort, ce qui paralyse l’organisation des élections. Ce vendredi 12 décembre, Michel Martelly a accepté, à demi-mot, la démission de son Premier ministre. Avec un gouvernement d’ouverture, les négociations avec les parlementaires pourront reprendre.

Publicité

Avec notre correspondante à Port-au-Prince,  Amélie Baron

Alors que les manifestations se multiplient dans les rues de la capitale, la commission nommée la semaine dernière par le président a affirmé que la création d’un nouveau gouvernement et d’un nouveau conseil électoral étaient incontournables. Pressé par la rue et la communauté internationale, Michel Martelly a dit accepter ce vendredi, toutes ses recommandations. Cette crise qui intervient sur fond de manifestations contre le pouvoir et alors que le mandat du Parlement doit s'achever dans un mois. Rappelons que Haïti n'a pas tenu d'élections depuis trois ans.

« Le Premier ministre a dit à la commission qu’il était prêt à remettre sa démission au président à l’instant où le président lui demanderait, a déclaré Michel Martelly. Il est prêt à faire ce sacrifice. Aujourd’hui, je salue sa position pour aider à débloquer la situation politique. Je suis d’accord avec le rapport qui crée l’espoir que l’unité soit faite en Haïti. Dès lundi, je vais commencer à discuter avec tous les acteurs concernés par l’application de ces recommandations ».

Si Laurent Lamothe, grand ami du président, accepter de quitte son poste de Premier ministre, il n’a pas encore remis sa lettre de démission. Le président Michel Martelly montre donc qu’il fait des concessions mais les négociations pour composer le nouveau gouvernement vont être un nouveau sujet de débats et de discordes avec l'opposition.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.