Accéder au contenu principal
La revue de presse des Amériques

A la Une: nouvelle phase du processus de paix en Colombie

Les négociations de paix, à La Havane, seraient dans une phase «décisive» depuis l’arrivée du chef FARC Joaquin Gomez. (Photo: La Havane, le 21 août 2014).
Les négociations de paix, à La Havane, seraient dans une phase «décisive» depuis l’arrivée du chef FARC Joaquin Gomez. (Photo: La Havane, le 21 août 2014). REUTERS/Enrique De La Osa

Publicité

Le processus de paix entre le gouvernement colombien et la guérilla des FARC entre dans une nouvelle phase « décisive », à en croire le journal El Tiempo. Car un nouveau chef des FARC vient d'arriver à la table des négociations à La Havane. Et non le moindre : il s'agit de Joaquin Gomez, commandant du Bloque Sur de la guérilla, l'unité des FARC la plus impliquée dans le narcotrafic.

Les analystes, interrogés par El Tiempo sont unanimes : la présence à La Havane de Joaquin Gomez, l'un des derniers dirigeants récalcitrants au processus de paix, n'est pas seulement symbolique. Elle permettra entre autres d'avancer sur les dossiers épineux, comme les conditions permettant d'arriver à la fin du conflit militaire mais aussi la lutte contre le narcotrafic. « L'ensemble du haut commandement des FARC est maintenant passé par La Havane, ce qui indique qu'il y a une véritable volonté de compromis et pas de problème de dissensions au sein de la guérilla concernant le processus de paix », conclut El Tiempo.

Venezuela : nomination contestée de nouveaux juges suprêmes
 
Au Venezuela, pays voisin de la Colombie, la nomination de nouveaux juges au TSJ, le Tribunal suprême de justice, crée la polémique. 16 nouveaux hauts magistrats sur 32 que compte le TSJ ont prêté serment hier devant l'Assemblée nationale vénézuélienne. Leurs noms avaient été adoptés auparavant par les 99 députés de la majorité socialiste au pouvoir.

Seulement voilà : l'opposition conteste le processus des nominations. En effet, rappelle El Nacional, « la liste des noms des nouveaux juges doit être présentée à l'Assemblée nationale et adoptée par les députés vénézuéliens. Pour cela, la Constitution prévoit jusqu'à trois sessions extraordinaires qui doivent permettre à la majorité au pouvoir et à l'opposition de trouver un consensus sur les noms des magistrats. La désignation des nouveaux juges doit ensuite être approuvée par deux tiers des parlementaires ».

Mais la majorité chaviste a imposé les noms des nouveaux juges trois sessions durant, sans jamais faire la moindre concession à l'opposition, rapporte le journal El Universal. Résultat : l'opposition a refusé de voter. La majorité socialiste n'a pas réussi à rassembler les deux tiers des 156 députés. Est arrivée la quatrième et dernière session extraordinaire durant laquelle, selon la loi, il suffit d'une majorité simple pour procéder à la nomination des nouveaux juges : les 99 députés chavistes ont voté, les hauts magistrats ont prêté serment sur le champ.

L'opposition est vent debout : « Le chavisme confisque les pouvoirs publics ». Ou encore : « C'est un nouvel exemple de la dégradation institutionnelle dans notre pays », constatent des députés de l'opposition vénézuélienne dans les colonnes d'El Nacional

Hawaï : le défi présidentiel de passer des vacances en compagnie d’adolescentes

Barack Obama passe ses vacances de fin d'année en famille à Hawaï. Des vacances qui relèvent d'un véritable défi pour le président des Etats-Unis, estime le New York Times. « Pas tellement parce que Barack Obama, même en vacances, est tenu en permanence au courant des évolutions nationales et internationales. Non, ce qui constitue cette année un véritable test pour le président américain, c'est de passer des vacances en famille, accompagné de ses deux adolescentes de filles ». En effet, poursuit le journal, « Malia, 16 ans, et Sasha, 13 ans, portent tous les signes de ce passage difficile entre enfance et l'âge adulte. Elles roulent les yeux au ciel quand leur père parle, font une moue ennuyée lors de leurs apparitions en public et portent des jupes parfois trop courtes. Des adolescentes tout à fait normales, donc, à qui les parents, surtout au moment des vacances, devraient accorder un peu plus de liberté ».

Mais grandir à la Maison Blanche n'est pas une adolescence comme les autres. Impossible évidemment de s'aventurer dans la nature sans être entourées de gardes du corps en permanence. Mais même à la maison, les filles ne peuvent pas échanger avec l'extérieur comme elles l'entendent. A l'heure où les réseaux sociaux servent aux adolescents de moyen par excellence pour communiquer entre eux, Malia et Sasha, elles, n'y ont un accès que strictement contrôlé. A la question de savoir quelles étaient ses attentes pour les vacances en famille, Michelle Obama a répondu il y a quelques jours : « Je voudrais juste que tout le monde soit heureux ». Les Obama, une famille somme toute comme les autres, conclut le New York Times

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.