Accéder au contenu principal
Panama

Le Panama menace les pays qui le présentent comme un paradis fiscal

Le président du Panama, Juan Carlos Varela, le 11 juin 2015 à Bruxelles.
Le président du Panama, Juan Carlos Varela, le 11 juin 2015 à Bruxelles. AFP PHOTO / THIERRY CHARLIER

Le président panaméen Juan Carlos Varela a affirmé mercredi 1er juillet que des mesures de rétorsion seraient prises contre des pays qui incluent le Panama dans leurs listes de paradis fiscaux.

Publicité

Le Panama vise notamment la Commission européenne qui l'a inscrit mi-juin sur sa liste des pays facilitant l'évasion fiscale des entreprises internationales. Des mesures seront prises à l'encontre de Bruxelles dans un an si le Panama est toujours visé. Les entreprises dont le siège se trouve dans le pays ne pourront pas participer aux appels d'offres publics. Une sanction, quand on sait que Panama veut développer ses infrastructures et qu'il a pour cela une enveloppe de 20 milliards de dollars sur cinq ans.

Nous n'allons pas permettre que l'on porte préjudice à l'image du Panama, s'est insurgé le président Varela. Il assure que son pays respecte la loi internationale et qu'il est engagé dans la transparence et l'intégrité du système financier. Le Panama a en effet lancé d'importantes réformes pour lutter contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme. Le pays et son canal figurent aussi sur la liste américaine des paradis fiscaux.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.