Accéder au contenu principal
Etats-Unis

Nucléaire iranien: les juifs américains à contre-pied des lobbies

Benjamin Netanyahu, devant le congrès de l'Aipac, le principal lobby pro-israélien américain, le 2 mars 2015.
Benjamin Netanyahu, devant le congrès de l'Aipac, le principal lobby pro-israélien américain, le 2 mars 2015. REUTERS/Jonathan

Il existe un décalage entre le leadership juif américain, qui comprend plusieurs puissants lobbies, et la base, à propos de l'accord nucléaire iranien. Alors que les grandes organisations juives sont vent debout contre le compromis, bon nombre de juifs sont plutôt pour : tel est le résultat d'un sondage organisé par la revue juive Jewish Journal.

Publicité

Avec notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet

Le sondage publié dans le Washington Post révèle que les juifs sont plus favorables à ce que le Congrès approuve l'accord que le reste des Américains. Ce sont 54% des juifs, même s'ils sont sceptiques sur les intentions de l’Iran, qui sont pour, contre 41% d'Américains au niveau national.

Mais alors, pourquoi les principales institutions juives comme l'Aipac, le comité juif américain ou la Ligue anti-diffamation, dépensent 20 millions de dollars en spots télévisés et en lobbyistes pour torpiller un compromis que leur base approuve ? Pour eux, l'accord n'est qu'un gel temporaire du programme nucléaire iranien et la levée des sanctions financera le terrorisme.

En quête de voix

Le leadership représente surtout les juifs orthodoxes et conservateurs, et il a le soutien de très généreux donateurs, souvent républicains, tel le magnat des casinos de Las Vegas Sheldon Adelson qui, avec sa femme, a versé 2 millions de dollars. Les progressistes ont aussi leur lobby, J Street, farouche adversaire de la politique de Netanyahu, qui reçoit des fonds - moins importants que du côté des conservateurs - notamment de George Soros, pour appuyer l'accord.

A la lecture de ce sondage, Chuck Schumer, l'un des dix sénateurs juifs, regrettera peut-être d'avoir déjà annoncé qu'il voterait contre l'accord. Cinq vont l'approuver et quatre autres n'ont pas encore décidé. Le vote devrait avoir lieu le mois prochain.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.