Accéder au contenu principal
Venezuela

Venezuela: l’opposant Leopoldo Lopez condamné à 13 ans de prison

Lilian Tintori, épouse de l'opposant emprisonné, cette nuit lors de l'année de la peine de prison infligée à Leopoldo Lopez : treize années de prison.
Lilian Tintori, épouse de l'opposant emprisonné, cette nuit lors de l'année de la peine de prison infligée à Leopoldo Lopez : treize années de prison. REUTERS/Carlos Garcia Rawlins

Après un procès qui a duré plus d'un an, l'ennemi numéro 1 du gouvernement vénézuélien, Leopoldo Lopez est condamné à 13 ans d’emprisonnement. Il est accusé par le président Nicolas Maduro d'être responsable des violences lors des protestations étudiantes de février 2014.

Publicité

Le jugement est tombé jeudi 10 septembre. Le chef du parti politique d'opposition Voluntad Popular, Leopoldo Lopez, a écopé d'une peine de 13 ans et 9 mois d’emprisonnement. Il est accusé par le pouvoir d'être responsable des violences lors des protestations étudiantes du 12 février 2014. Ce jour-là, 3 personnes avaient été tuées à Caracas en marge des manifestations. Une vague de protestations avait ensuite secoué le pays pendant 3 mois, pour un bilan tragique : 43 morts, dont des étudiants et des policiers.

La décision du Palais de Justice a été rendu tard dans la soirée de jeudi dans une ambiance électrique : des affrontements ont notamment éclaté entre chavistes et opposants plus tôt dans la journée

« Une décision injuste »

Pour accueillir le jugement, une centaine de partisans de Leopoldo Lopez se sont rassemblés sur une place de Caracas. A l’annonce de la sentence, Susana, une mère de famille en pleurs, a dénoncé « une décision injuste ». Pour elle, la situation ne peut plus durer.

« Nous n'avons pas peur : c'est maintenant ou jamais que nous devons être unis les Vénézuéliens. Il faut défendre ensemble nos droits, a-t-elle lancé. Il y en assez que des gens soient condamnés ou tués pour penser différemment. Ça suffit : le Vénézuélien est en colère. Jusqu'à quand vont-ils nous imposer de vivre ça ? »

De retour du Palais de Justice vers 23 heures, Lilian Tintori, l’épouse de Leopoldo Lopez, a raconté aux sympathisants présents les secondes qui ont suivi le jugement. « Un militaire s'est approché. Et Leopoldo a tendu ses mains en disant : "mets-moi les menottes. Parce que ce n'est ni la juge, ni la Justice injuste de ce pays qui va me les quitter. C'est le peuple vénézuélien qui va m'enlever ces menottes". »

La défense a promis de faire appel de la décision dès que possible. Un rassemblement à l'appel du parti Voluntad Popular est prévu ce vendredi 11 septembre à Caracas.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.