Accéder au contenu principal
Santé et médecine / Recherche

Virus Zika: le rôle trouble d'un insecticide contre le moustique-tigre

Une maman brésilienne mesure la tête de son  bébé de 2 mois, né avec une microcéphalie. Ipojuca, le 1er février 2016.
Une maman brésilienne mesure la tête de son bébé de 2 mois, né avec une microcéphalie. Ipojuca, le 1er février 2016. REUTERS/Ueslei Marcelino

Au Brésil, deux études récemment parues mettent en doute la responsabilité du virus Zika dans la forte augmentation de microcéphalie enregistrée chez les nouveaux-nés ces derniers mois. Selon ces chercheurs, les cas de malformations à la naissance seraient dus à l'utilisation d'un pesticide servant à lutter contre un autre fléau : le moustique-tigre porteur de la dengue.

Publicité

Un groupe de médecins argentins et un autre de chercheurs brésiliens sont partis d'une interrogation : pourquoi l'épidémie de Zika, une maladie relativement bénigne, ne provoque pas partout des malformations chez les nouveaux-nés ? Et pourquoi sur plus de 400 cas de microcéphalies au Brésil, seuls 17, soit 4%, étaient touchés par le virus Zika ?

Selon ces équipes, la réponse est à trouver dans l'eau potable des régions où les cas de microcéphalies se multiplient, notamment dans le Nord-Est brésilien. Depuis des décennies, et à plus forte dose depuis 2014, les autorités brésiliennes confortées d'ailleurs par les recommandations de l'OMS, injectent dans les systèmes hydriques du pyriproxyfène, un insecticide destiné à lutter contre la prolifération du moustique-tigre et donc de la dengue.

Or cet insecticide est un inhibiteur de croissance qui provoque sur les larves de moustiques des malformations, qui les tuent ou les rendent stériles. Selon ces chercheurs il y a une corrélation entre l'emploi de ce produit chimique et le phénomène nouveau des microcéphalies dans le pays.

→ A voir aussi : [Infographie] Ce qu'il faut savoir sur l'épidémie de Zika

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.