Accéder au contenu principal
Mexique

Mexique: l'armée présente ses excuses pour un cas de torture

Le ministre de la Défense nationale mexicaine, le général Salvador Cienfuegos, en 2013.
Le ministre de la Défense nationale mexicaine, le général Salvador Cienfuegos, en 2013. Crédit: Wikimedia commons

L’armée mexicaine a présenté publiquement ses excuses samedi 16 avril pour des actes de torture commis par des militaires. Les faits remontent à un peu plus d'un an. Mais ils n'ont été dévoilés que ces derniers jours à travers une vidéo qui a filtré sur les réseaux sociaux. On y voit deux soldats et un policier fédéral qui « interrogent » une jeune femme en pointant leur arme sur son visage et en cherchant à l'asphyxier en lui mettant la tête dans un sac en plastique.

Publicité

Avec notre correspondant à Mexico, Patrick John Buffe

C’est le ministre de la Défense nationale en personne, le général Salvador Cienfuegos, qui a présenté des excuses au nom de l’armée. Devant l'évidence des faits révélés par cette vidéo, il n'a pas eu d'autre choix que de reconnaître la responsabilité des soldats dans ces actes de tortures qu'il a condamnés : « Je présente de sincères excuses à toute la société offensée par cet événement inadmissible (...) Ce sont ces actes répugnants, bien qu'isolés, qui portent gravement atteinte à notre image », a-t-il déclaré.

C'est la première fois qu'un ministre de la Défense s'excuse publiquement. De plus, la vitesse avec laquelle a réagi le général Cienfuegos est inhabituelle. Il cherche de toute évidence à anticiper les critiques dont l'armée fait trop souvent l'objet en matière de violation des droits de l'homme. Et son empressement à dire qu'il s'agit là d'un cas isolé vise à éviter que son pays et l'armée soient à nouveau mis au pilori.

L'an passé, les Nations unies ont révélé que la torture et les mauvais traitements qui suivent une arrestation sont généralisés au Mexique. Et ces derniers jours, le Département d'Etat américain a dénoncé une fois encore les graves abus commis par la police et par les militaires, dont le recours à la torture. Ce que cette nouvelle affaire vient confirmer.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.