Accéder au contenu principal
Equateur

La solidarité est toujours de mise en Equateur, après le séisme du 16 avril

Une brigade médicale de volontaires à Chamanga., Equateur.
Une brigade médicale de volontaires à Chamanga., Equateur. RFI/Eric Samson

Les gestes de solidarité, petits et grands, se multiplient en Equateur. Dans tout le pays, des dizaines de milliers de personnes, d’entreprises privées et d’universités se sont mobilisées pour aider les 260 000 personnes gravement touchées par le tremblement de terre du 16 avril dernier. Reportage.

Publicité

Avec notre envoyé spécial à Chamanga,  Eric Samson

A Guayaquil, une petite fille propose devant chez elle d’échanger tous ses jouets contre de l’eau potable. Plus au nord, dans le hameau de Zapallo, près de la ville de Quinindé, près de 150 personnes ont oublié qu’elles aussi étaient pauvres.

« On est parti à deux heures du matin, raconte Franklin Rebilla. Les femmes du village ont préparé la nourriture pour 1 000 personnes et nous on la distribue en camion avec nos volontaires qui ont beaucoup aidé. »

 → A (RE)LIRE : Puissant séisme meurtrier en Equateur

Dans la petite ville de pêcheurs de Chamanga, au sud de la province d’Esmeraldas, ce sont des producteurs de banane, comme Lider Basurto, qui ont quitté leurs plantations avec des camionnettes remplies d’aide humanitaire.

« L’Equateur doit être uni pour sortir plus rapidement de cette catastrophe, explique ce dernier. On a apporté des produits de première nécessité, de l’eau, des bananes, du manioc, du pain, des bougies, des allumettes, du riz, et nous ne sommes que quatre pour tout distribuer. »

 → LIRE AUSSI : Equateur: le bilan des victimes du séisme s'alourdit encore

Dans une région déjà avare d’opportunités, le tremblement de terre a provoqué une grande dépression. D’où l’importance de ces gestes de solidarité, selon l’évêque Eugenio Arellano : « La foi se fortifie quand on est soutenu et dans cette catastrophe, je crois que la solidarité a vraiment aidé la population. »

On a apporté des produits de première nécessité, de l’eau, des bananes, du manioc du pain, des bougies, des allumettes, du riz, et nous ne sommes que quatre pour tout distribuer.

A Chamanga, plus d'une semaine après le séisme meurtrier

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.