Accéder au contenu principal
Etats-Unis

Présidentielle américaine: Donald Trump et le casse-tête des minorités

Donald Trump est allé à la rencontre de la communauté afro-américaine dans une église de Détroit, le 3 septembre. Mais il sera difficile d'inverser la tendance qui le donne loin de sa rivale dans le vote des minorités.
Donald Trump est allé à la rencontre de la communauté afro-américaine dans une église de Détroit, le 3 septembre. Mais il sera difficile d'inverser la tendance qui le donne loin de sa rivale dans le vote des minorités. REUTERS/Carlo Allegri

Hillary Clinton est toujours en tête dans les sondages dans la course à la Maison Blanche, mais l'écart avec Donald Trump s'est réduit selon deux sondages rendus publics ce week-end. L'ex-secrétaire d'Etat ne mène plus que de quatre points. L'état-major républicain ne fait pas mystère de sa stratégie : tenter de séduire les communautés latino-américaine et afro américaine dans les swing States, les Etats indécis. Un objectif qui sera néanmoins difficile à atteindre.

Publicité

Avec notre correspondante à Washington, Anne-Marie Capomaccio

C'est une dure réalité pour l'équipe Trump, on ne peut plus gagner une élection présidentielle américaine en comptant sur le seul électorat blanc. Il représente environ 70% du corps électoral, en baisse à chaque consultation.

Et c'est vrai, la base de Donald Trump semble solide chez les hommes blancs peu diplômés, mais il faut élargir cette base. Or, rien n'est perdu, affirme l'équipe Trump.

Toutefois les derniers sondages estiment que 70% des latinos américains voteront Clinton, 19% Trump. Mais c'était avant la visite au Mexique et les déclarations sur les migrants qui ont suivi.

Le pari de l'abstention

Quant à la communauté afro américaine, on voit mal comment une visite dans une église noire peu changer l'opinion : 90% des électeurs de cette communauté est favorable à Hillary Clinton, 3% à Donald Trump.

Le candidat républicains tente de discréditer sa rivale. « A l'attention de la communauté afro-américaine : les démocrates ont échoué pendant 50 ans. Criminalité importante, écoles pauvres, pas d'emplois. Je vais régler ça, votez "T" », a-t-il encore écrit récemment dans un tweet.

Mais ce qui arrangerait le candidat républicain, c'est une abstention massive. C'est pour cela que Barack Obama va s'impliquer dans la campagne. Douze meetings sont prévus avant l'élection. Le président, très populaire en fin de mandat, va faire le tour des Etats indécis pour inciter les électeurs à voter.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.