Accéder au contenu principal
Revue de presse des Amériques

A la Une: la santé d’Hillary Clinton devient un sujet de campagne

Hillary Clinton (ici le 6 septembre) a été victime d'un malaise lors des cérémonies commémorant les attentats du 11 septembre 2001 à New York.
Hillary Clinton (ici le 6 septembre) a été victime d'un malaise lors des cérémonies commémorant les attentats du 11 septembre 2001 à New York. REUTERS/Brian Snyder

Publicité

 

Le malaise de la candidate démocrate dimanche, le 11 septembre, à New York :  « bouscule la campagne », écrit le site d’information Politico. « Ce n’est pas la fin du monde mais ce n’est pas une bonne nouvelle », a déclaré un proche de Clinton sous couvert d’anonymat. En fait, d’après le Washington Post, à présent les médias vont faire pression sur les deux candidats pour qu’ils communiquent un bulletin de santé complet.

L’ancien médecin du président Barack Obama explique dans les colonnes du journal : « C’est le poste le plus important au monde et nous avons deux prétendants âgés. A 68 ou 70 ans [l’âge de Donald Trump NDLR], la machine ne fonctionne plus comme à 45 ou 50 ans ». USA Today constate que Donald Trump – s’il était élu – serait le président le plus âgé à sa prise fonction dans l’histoire américaine. Et Hillary Clinton serait la deuxième plus âgée. Selon le Washington Post, la démocrate reste pourtant très discrète sur sa santé. Du coup, « les électeurs ont du mal à cerner son état médical ».

Secret médical, une tradition parmi les candidats à la présidence

Selon CNN, on n’en sait pas plus sur la santé de Donald Trump. Tout comme Hillary Clinton, le milliardaire a révélé très peu d’informations médicales. Ce qui est plutôt dans la tradition américaine, peut-on lire sur le site de la chaîne de télévision : depuis longtemps, les candidats à la présidence ont tendance à cacher leur bulletin de santé. Deux logiques s’affrontent, selon Georges Annas, spécialiste en droit de santé, qui s’exprime sur le site de CNN. « Les électeurs ont le droit de savoir si un candidat est gravement atteint d’une maladie qui pourrait lui couter la vie lorsqu’il exerce son mandat. Mais d’un autre côté, un président a aussi le droit de considérer que les informations concernant sa santé font partie de sa vie privée ».

On a également parlé d’Hillary Clinton lors l’élection de Miss America. Savvy Shields, une étudiante de 21 ans originaire d'Arkansas a été couronnée hier, dimanche, Miss America 2017. Durant la compétition, elle devait aussi répondre à des questions politiques. Interrogée sur ce qu’elle pensait d’Hillary Clinton, elle a préféré rester diplomate : « le goût du sensationnalisme avec lequel les médias traitent la campagne fait que c’est difficile de séparer le vrai du faux ». Avant d’ajouter : « les deux candidats ont fait du super boulot ! ».

La chute d’Eduardo Cunha

Au Brésil Eduardo Cunha, le stratège de la destitution de la présidente Dilma Rousseff et ancien président de l'Assemblée nationale, pourrait perdre son mandat de député. Ce député évangélique ultra-conservateur est accusé de corruption dans l’affaire Petrobras. La justice le soupçonne d’avoir reçu des pots-de-vin et de les avoir versés sur un compte en Suisse. Il sera jugé pour avoir « menti » aux députés sur ce compte bancaire. D’après O Globo, l’issue du vote des députés ne fait guère de doute : 257 voix sont nécessaires pour casser le mandat d’Eduardo Cunha. Le journal croit savoir que 301 parlementaires se sont déjà déclarés en faveur de la destitution d’Eduardo Cunha. Commentaire du député visiblement résigné, dans les colonnes de la Folha de Sao Paulo : « le Parti des travailleurs veut ma tête pour la présenter comme un trophée. Cela renforce leur discours affirmant que Dilma Rousseff a été victime d’un coup d’Etat ».
 
Des immigrés haïtiens à Tijuana

D’après le journal mexicain El Universal, de plus en plus d’immigrants haïtiens arrivent dans la ville de Tijuana, au nord du Mexique. Tijuana, le nouveau « Port au Prince » des Haïtiens exilés, écrit El Universal. Depuis avril dernier, plus de 2 000 Haïtiens sont venus à Tijuana, en provenance du Brésil, de l’Equateur et du Venezuela. L’objectif : tenter de traverser la frontière et de rejoindre les Etats-Unis. Beaucoup d’entre eux se font passer pour des Africains. « Parce que les autorités mexicaines n’expulsent pas les Africains dans leur pays d’origine », c’est trop cher, explique un Haïtien au journaliste d’El Universal.

Séisme en Haïti : la résistance des fleurs

Un autre haïtien, exilé au Canada, fait la une de la presse québécoise. Il s’agit de Dany Laferrière, invité au Festival de littérature de Mantoue, en Italie. C’est à lire dans Le Devoir. L’auteur a présenté son livre Tout bouge autour de moi, un livre sur le séisme qui a ravagé Haïti le 12 janvier 2010. L’écrivain, qui était sur place à Port-au-Prince lors du tremblement terre, dit « y avoir tiré une grande leçon, après avoir constaté que les fleurs avaient survécu au séisme tandis que les immeubles s’étaient effondrés. Les choses légères résistent plus que les choses solides. Le béton est tombé, la fleur a survécu ».

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.