Accéder au contenu principal
Economie

«Subprimes»: la Deutsche Bank encourt une amende record, l'action dégringole

Une telle pénalité financière serait la plus importante jamais infligée à une banque étrangère aux Etats-Unis.
Une telle pénalité financière serait la plus importante jamais infligée à une banque étrangère aux Etats-Unis. REUTERS/Kai Pfaffenbach/Files

La Deutsche Bank est dans le collimateur de la justice américaine. Le Wall Street Journal a révélé jeudi 15 septembre que Washington réclamait près de 13 milliards d’euros à la plus importante banque allemande. Une amende record pour un établissement bancaire européen même si des négociations sont déjà en cours pour réduire ce montant.

Publicité

La justice américaine n’en a pas fini avec les banques dont elle dénonce les comportements inappropriés qui ont alimenté la bulle spéculative au milieu des années 2000.

Bank of America, Goldman Sachs ou encore Morgan Stanley avaient déjà été condamnées pour des faits similaires, rappelle notre correspondante à New York, Marie Bourreau. Mais cette fois-ci, la Deutsche Bank pourrait être le premier établissement bancaire européen à se voir infliger une amende géante de 13 milliards d’euros. En effet, Washington lui reproche d’avoir vendu, via sa filiale américaine, des prêts immobiliers toxiques avant 2008. Cela avait conduit à la fameuse crise des « subprimes ».

En 2014, la banque française BNP avait connu le même séisme financier. Elle avait dû payer près de 8 milliards d’euros pour avoir violé des embargos et commercé avec des pays tels que l’Iran ou Cuba.

L’action perd 8 %

De leur côté, les milieux financiers en Allemagne sont sous le choc, relate notre correspondant à Berlin, Pascal Thibaut. Ces informations ont eu des effets négatifs sur le cours de l’action à la bourse de Francfort qui a perdu jusqu’à 8 % ce vendredi. Pour rappel, ce dernier a baissé de près de 90 % depuis la crise de 2008 et la capitalisation boursière de Deutsche Bank a fondu.

Dans un communiqué, la banque a fait savoir qu’elle n’avait nullement l’intention d’accepter le montant de l’amende. Elle espérait, selon des sources proches, ne devoir payer « que » 2 à 3 milliards. Un montant auquel s’attendait aussi des analystes.

5,5 milliards d’euros ont été mis de côté pour financer les litiges en cours. Un accord supérieur à cette somme poserait de sérieux problèmes de liquidités à la banque allemande et pourrait faire rebondir les spéculations sur une augmentation de capital voire d’une prise de participation de l’Etat.

Une porte-parole du ministère des Finances à Berlin a déclaré espérer un compromis équilibré tenant compte d’autres accords trouvés dans le passé avec d’autres banques sur ces mêmes dossiers. Les crédits litigieux de la Deutsche Bank étaient bien moins importants que ceux de Goldman Sachs qui avait écopé d’une amende de cinq milliards de dollars.

La Deutsche Bank est impliquée au total dans 8 000 litiges judiciaires dans le monde et veut régler beaucoup de ces dossiers. Elle avait déjà dû payer une amende de 2,5 milliards de dollars aux Etats-Unis pour des manipulations du taux interbancaire Libor.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.