Accéder au contenu principal
ONU

Assemblée générale de l'ONU: 50 pays s'engagent à accueillir 360000 réfugiés

Barack Obama, lors d'une réunion sur les réfugiés, en marge de l'Assemblée générale de l'ONU à New York, le 20 septembre 2016.
Barack Obama, lors d'une réunion sur les réfugiés, en marge de l'Assemblée générale de l'ONU à New York, le 20 septembre 2016. REUTERS/Brendan McDermid

Un sommet sur les réfugiés se tenait ce mardi 20 septembre en marge de l’Assemblée générale de l’ONU, en présence de 50 pays. Ils se sont engagés à accueillir 360 000 réfugiés cette année, soit le double de l’année dernière.

Publicité

Avec agences et notre envoyée spéciale à New York,  Anne Corpet

C’est une jeune Syrienne réfugiée en Allemagne qui a ouvert le sommet voulu par le président américain. « Je veux aider à changer la perception que les gens ont des réfugiés, a-t-elle déclaré. Pour que tout le monde comprenne que ce n’est pas un choix de fuir sa maison. Et que les réfugiés peuvent réaliser de grandes choses si on leur en offre l’opportunité. »

Peu après, Barack Obama a annoncé l'engagement de 50 pays à accueillir 360 000 réfugiés sur l'année à venir, ainsi qu'une hausse de 4,5 milliards de dollars des contributions financières de l'ensemble de ces pays par rapport à 2015.

Obama appelle à la mobilisation

Le président américain a en particulier salué le rôle de l'Allemagne et du Canada face à la crise migratoire née de la guerre qui ravage la Syrie depuis cinq ans, appelant la communauté internationale, notamment les pays riches, à se mobiliser davantage.

« Cette crise est l’un des défis les plus urgents de notre époque. C’est un test pour notre système international, a prévenu le président américain. Toutes nos nations doivent partager cette responsabilité collective. Parce que la grande majorité des réfugiés sont accueillis par seulement dix pays qui supportent un fardeau très lourd. Des pays qui bien souvent ont moins de ressources que beaucoup de ceux qui font peu ou rien. »

Hécatombe en Méditerranée

Près de 65 millions de personnes ont dû quitter leur pays en 2015, dont 21 millions de réfugiés. Un record historique. Depuis janvier 2016, ce sont plus de 300 000 migrants et réfugiés qui ont traversé la Méditerranée pour se rendre en Europe.

Ce chiffre est nettement inférieur aux arrivées enregistrées durant les neuf premiers mois de 2015 (520 000), mais il reste supérieur à celles enregistrées sur l'ensemble de l'année 2014 (216 054). Bien que le nombre de migrants enregistrés cette année soit inférieur au bilan de 2015 (- 42%), le nombre de morts n'est que très légèrement inférieur (- 15%) à celui de l'an dernier, relève le Haut Commissariat aux réfugiés. Au total, 3 211 personnes sont mortes ou portées disparues.

Selon le HCR, cette année sera la plus meurtrière si le nombre de personnes décédant dans des naufrages se maintient au rythme actuel.

Presque tous les migrants et réfugiés traversant la Méditerranée tentent de rejoindre la Grèce et l'Italie. Quelque 48 % des personnes arrivant en Grèce sont des Syriens, 25 % viennent d'Afghanistan, 15 % d'Irak. Ceux qui arrivent en Italie viennent à 20 % du Nigeria et à 12 % d'Erythrée.

Parallèlement, l'accord conclu en mars entre l'Union européenne et la Turquie a fait chuter les arrivées sur les îles grecques d'Egée orientale, proches des côtes turques, qui avaient explosé à plusieurs milliers par jour durant l'été 2015, quand l'Europe accueillait les populations fuyant misère et conflit, notamment les Syriens.

Concernant le plan de relocalisation adopté en septembre 2015, qui porte sur 160 000 demandeurs d'asile arrivés en Grèce et en Italie, moins de 5 000 ont été relocalisés dans les 28 pays de l'UE, a déploré mardi le HCR.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.