Accéder au contenu principal
Revue de presse des Amériques

A la Une: débat Trump-Clinton, ce qu'en ont pensé les électeurs

Les candidats à la présidentielle américaine Trump et Clinton se sont affrontés lors d'un grand débat télévisé, le 26 septembre 2016.
Les candidats à la présidentielle américaine Trump et Clinton se sont affrontés lors d'un grand débat télévisé, le 26 septembre 2016. REUTERS/Jonathan Ernst

Publicité

 

Ce débat très attendu par la presse, mais surtout par les électeurs américains, a battu le record d’audience détenu jusqu’à présent par Ronald Reagan et Jimmy Carter lors de leur débat en 1980. 84 millions d’Américains ont suivi les échanges entre Hillary Clinton et Donald Trump, preuve de l’intérêt que porte la société américaine dans cette campagne atypique, selon USA Today.

Un débat remporté par Hillary Clinton, estime le Washington Post, comme la plupart des quotidiens, pour qui la candidate démocrate a été en mesure de convaincre de nouveaux électeurs, ce qu’a été incapable de faire Donald Trump. D’ailleurs 62 % des téléspectateurs interrogés par CNN ont trouvé la candidate démocrate plus convaincante, alors que seuls 27 % de ses téléspectateurs penchent en faveur du candidat républicain.

Donald Trump estime de son côté ne pas avoir eu le droit au même traitement lors de cette première joute verbale.Le candidat républicain avant de parler de la prochaine échéance a tenu à critiquer le modérateur de ce premier débat, Lester Holt, journaliste de NBC. Un modérateur qui lui a posé des questions « injustes » par rapport à son adversaire qui n’a pas eu à répondre sur l’affaire des e-mails, sur celle de Benghazi ou encore d’autres scandales dans des propos repris par le New York Times. Il faut préciser que le journaliste n’a pas vraiment eu le temps de poser ces questions puisque Donald Trump s’en était déjà chargé.
 
Le candidat républicain promet d’être plus offensif, plus mordant lors du prochain débat

Donald Trump, qui tenait hier un meeting en Floride, s’est lui-même déclaré vainqueur de ce premier débat, contrairement à toutes les analyses. Mais il a promis d’être plus naturel lors de la prochaine échéance. « J’ai retenu mes coups, je ne voulais rien faire qui puisse la gêner », a-t-il déclaré devant ses partisans. « Je taperai plus fort » la prochaine fois prévient-il dans des propos repris par le New York Times.

Les quotidiens américains ne publient pas de chiffres après ce débat, mais le site Real Clear Politics qui met en ligne des enquêtes quotidiennes estime qu’Hillary Clinton dispose d’une légère avance de 2,4 points avec 46,7 d’intentions de vote contre 44,3 en faveur de Donald Trump.
 
En Colombie, cinq jours avant le référendum : les sondages penchent en faveur du « OUI »

L’euphorie de la signature de ces accords étant maintenant passée, il est temps de se tourner vers le référendum de dimanche prochain estime le quotidien El Espectador. Et les enquêtes sont plutôt à l’avantage du « OUI ». Un avantage conséquent quelles ques soient les enquêtes. 66 % en faveur du « OUI » dans l’enquête IPSOS réalisée pour la revue Semana et la radio-télévision RCN.

Caracol Radio donne quant à elle 62 % pour le « OUI ». Et selon El Espectador l’écart pourrait encore se creuser après la signature ce lundi des accords de paix. Le gouvernement met toutes ses forces dans la campagne en faveur des accords et le côté émotionnel de la cérémonie de lundi pourrait inciter de nombreux Colombiens à pencher pour le « OUI » croit savoir le quotidien.

La justice colombienne met en garde les membres des FARC qui ne respecteraient pas les accords

C’est le ministère public qui a décidé de prendre les devants et de prévenir les membres des FARC qui poursuivraient des activités délictueuses après le référendum et la validation des accords de paix. Si tel est le cas, c’est la justice ordinaire qui se chargera de les juger, annonce le procureur général dans les pages d’El Tiempo. Et cette justice sera implacable, explique-t-il. Il fait notamment allusion à tout ce qui a trait au narcotrafic et aux biens acquis de manière frauduleuse.

Des déclarations confirmées par le ministre de la Justice dans les pages du quotidien. Juan Fernando Cristo qui tient à préciser que cette éventualité est bien explicitée dans les 297 pages des accords de paix signés ce lundi à Carthagène.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.