Accéder au contenu principal
Guatemala

Guatemala: au moins 19 adolescentes tuées dans l'incendie d'un foyer

Deux adolescents du foyer sous le choc après l'incendie qui a tué 19 adolescentes. Le feu s'est déclaré dans l'aile réservée aux filles du foyer Seguro Virgem de la Asuncion, à l'est de la capitale, le 8 mars 2017.
Deux adolescents du foyer sous le choc après l'incendie qui a tué 19 adolescentes. Le feu s'est déclaré dans l'aile réservée aux filles du foyer Seguro Virgem de la Asuncion, à l'est de la capitale, le 8 mars 2017. JOHAN ORDONEZ / AFP

Au moins 19 adolescentes âgées de 14 à 17 ans sont mortes, et 25 autres ont été gravement blessées, dans l'incendie d'un foyer d'accueil pour mineurs, à une vingtaine de kilomètres de la capitale du Guatemala. Ce foyer accueille des victimes de violence domestique ou des enfants des rues, qui y sont placés par décision de justice. Mardi soir, les mineurs avaient manifesté contre la mauvaise alimentation et les abus physiques dont ils affirmaient être victimes. Ce mercredi, des parents en larmes tentaient d'avoir des nouvelles de leurs enfants. Selon plusieurs sources judiciaires, des dénonciations contre des abus étaient enregistrées depuis 2015 contre les responsables de ce foyer.

Publicité

« Pour le moment, nous avons la confirmation que 19 adolescentes sont mortes », dont 17 sont mortes calcinées, a expliqué aux journalistes la secrétaire générale du ministère public (bureau du procureur), Mayra Veliz.

Les personnels du foyer, une entité qui dépend du Bien-être social de la présidence guatémaltèque, étaient sur le point de distribuer les repas lorsque les adolescentes se sont rebellées et ont mis le feu à des matelas dans une chambre. Rapidement, les flammes se sont propagées et les mineures se sont retrouvées piégées, certaines ont réussi à s'échapper, mais beaucoup sont mortes carbonisées. De nombreuses victimes ont été transférées vers des hôpitaux avec des brûlures au second et troisième degré.

Mardi, une quarantaine d'enfants s'étaient évadés du foyer, préférant la rue aux mauvais traitements et à la mauvaise alimentation dont ils disaient être victimes. Le foyer Seguro Virgen de la Asuncion était accusé depuis 2015 de faire subir des vexations aux mineurs qu'il était censé protéger, mais aussi d'abus sexuels et de viols.

Les familles sous le choc après l'incendie dans un foyer d'accueil de mineurs, Seguro Virgen de la Asunion,  situé à San José Pinula, près de la capitale, le 8 mars 2017.
Les familles sous le choc après l'incendie dans un foyer d'accueil de mineurs, Seguro Virgen de la Asunion, situé à San José Pinula, près de la capitale, le 8 mars 2017. REUTERS/Saul Martinez

Le procureur va exiger la fermeture du foyer

Le bureau du procureur général avait fait un rapport sur les droits des mineurs bafoués dans ce centre: droit à l'éducation, à la santé. Beaucoup souffraient de maladies de la peau. Le foyer disposait de peu de personnel pour s'en occuper. Et pourtant, malgré les nombreuses plaintes, et les demandes de mesures de protection par le procureur chargée de l'enfance, aucune enquête n'a abouti.

Le procureur Hilda Morales a annoncé qu'elle exigerait la fermeture du centre, et qu'elle demanderait d'identifier les responsabilités pénales et administratives des dirigeants qui ont failli à leur mandat.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.