Accéder au contenu principal
Etats-Unis / Russie

Les Etats-Unis ordonnent la fermeture du consulat de Russie à San Francisco

Le président américain Donald Trump et son homologue russe Vladimir Poutine, à Hambourg, le 7 juillet 2017. Après la rencontre, le chef de la diplomatie américaine Rex Tillerson a annoncé une trêve dans le sud de la Syrie qui entrera en vigueur le 9/07.
Le président américain Donald Trump et son homologue russe Vladimir Poutine, à Hambourg, le 7 juillet 2017. Après la rencontre, le chef de la diplomatie américaine Rex Tillerson a annoncé une trêve dans le sud de la Syrie qui entrera en vigueur le 9/07. REUTERS/Carlos Barria

Ce 31 août, les Etats-Unis ont ordonné la fermeture du consulat de Russie à San Francisco, ainsi que deux annexes diplomatiques à Washington et New York. Cette annonce intervient à la veille de l'entrée de vigueur de restrictions visant le personnel diplomatique américain en Russie. Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, a regretté l'escalade des tensions entre les deux pays.

Publicité

Les Etats-Unis ont donné jusqu'au 2 septembre à la Russie pour fermer son consulat général à San Francisco ainsi que deux annexes de ses services, à Washington et New York, en riposte à la réduction drastique du personnel des représentations diplomatiques américaines en Russie.

Le nouvel ambassadeur russe à Washington prenait ses fonctions ce jeudi, et son cadeau de bienvenue est empoisonné. Anatoli Antonov a la réputation d'être un dur et il se retrouve d'emblée à devoir composer avec un nouveau moment de tension entre les Etats-Unis et la Russie.

Car si l'élection de Donald Trump laissait initialement penser à un réchauffement entre les deux pays, leurs relations, au plus bas depuis la crise ukrainienne, continuent en fait de se dégrader.

Les accusations d'ingérence russe lors de la dernière campagne électorale sont prises très au sérieux par les Américains, et même si le président voudrait lui calmer le jeu, le Congrès et l'administration ne sont eux pas disposés à faire de cadeaux à Moscou.

Une mesure au nom de « la parité »

Bien que Trump assure se réjouir des économies permises par les réductions d'effectifs dans son ambassade et ses consulats en Russie, le Département d'Etat a ainsi riposté. Washington dit espérer que cette décision, au nom de « la parité » n'entraînera pas de nouvelles représailles, rapporte notre correspondant à Washington, Grégoire Pourtier.

En Russie, 755 membres du personnel diplomatique américain doivent quitter leurs fonctions ce 1er septembre. Cette mesure de rétorsion avait été décidée après l'adoption par le Congrès américain de nouvelles sanctions contre Moscou. Elle visait, selon le Kremlin, à ramener la présence diplomatique américaine en Russie au même niveau que la représentation russe aux Etats-Unis.

La décision américaine apparaît cependant moins radicale, puisque les personnels concernés par les fermetures peuvent être réaffectés à d'autres postes aux Etats-Unis.

Réaction « sans emballement hystérique »

L'escalade des tensions dans les relations bilatérales n'a pas été provoquée par Moscou, souligne un court communiqué du ministère russe des Affaires étrangères en réaction. Le texte suivait un entretien téléphonique entre Sergueï Lavrov et son homologue américain Rex Tillerson, précise notre correspondant à Moscou, Etienne Bouche.

La diplomatie américaine assure vouloir « mettre un terme à un cercle vicieux » qui empoisonne les relations entre les deux pays. Mais la partie russe ne devrait pas en rester là. « Les nouvelles mesures annoncées par les Américains seront étudiées avec attention », prévient Moscou. Et la réaction suivra « sans emballement hystérique », selon Anatoli Antonov, nouvel ambassadeur russe.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.