Accéder au contenu principal
Cuba

Cuba: les candidatures des dissidents aux élections municipales invalidées

Un bureau de vote de La Havane, le 18 avril 2015, lors des précédentes élections municipales.
Un bureau de vote de La Havane, le 18 avril 2015, lors des précédentes élections municipales. REUTERS/Alexandre Meneghini TPX IMAGES OF THE DAY

A Cuba, il n'y aura pas de candidat dissident aux élections locales du 26 novembre. Un scrutin pourtant déterminant, car il constitue la première étape d'un long processus pour désigner le successeur du président Raul Castro l'année prochaine. En 2015, l'opposition était parvenue à déjouer les contrôles en présentant deux candidats aux municipales. Pas cette fois.

Publicité

Trois organisations de l'opposition illégale ont annoncé lundi 13 novembre avoir vainement tenté de présenter un total de près de 550 candidats lors des assemblées de quartiers en vue des élections des conseils municipaux du 26 novembre.

« Aucun n'a pu décrocher la nomination à cause de l'intervention de la police politique, qui a détenu des personnes qui allaient postuler et assuré une présence pro-active lors des assemblées », a déclaré Julio Antonio Aleaga, du groupe illégal Candidats pour le Changement, à l’AFP.

Arrestations et intimidations

Une autre plateforme dissidente, Otro18, a, elle aussi, échoué à faire valider ses candidatures. Son porte-parole, Manuel Cuesta Morua, dénonce au micro de RFI des mesures contraires à la loi électorale cubaine. « Les municipales sont les seules élections où il n'existe aucun obstacle légal à la candidature de n'importe quel citoyen. Mais pour ce qui est de la plateforme Otro18, sur les 182 candidats présentés, aucun n'a vu sa candidature validée en vue des municipales. »

En cause ? Des pressions et arrestations de dernière minute pour des motifs accessoires, selon le coordinateur de Otro18. « Le gouvernement a déployé toute une machinerie politique et policière illégale, pour empêcher qu'ils se présentent. Il y a eu des candidats, par exemple, à qui on a inventé une affaire express, pour invalider leur candidature. Parce que la loi électorale dit que les personnes condamnées ne peuvent pas se présenter aux élections. »

Le PCC aux commandes des élections

Le Parti communiste cubain (PCC, unique) ne présente officiellement pas de candidats, mais supervise tout le processus et garantit, par son influence et le vote de ses militants, qu'aucun opposant ne soit désigné candidat ni élu.

En 2015, l'opposition était parvenue à déjouer les contrôles en présentant deux candidats aux municipales, une première depuis des dizaines d'années, mais ils avaient ensuite été logiquement battus. Cette année seuls les groupes Otro 18, Candidats pour le Changement et le Parti autonome Pinero ont tenté de présenter des candidats, les autres dissidents refusant de participer à un processus qu'ils jugent biaisé.

L'élection le 26 novembre prochain des conseillers municipaux (2e tour le 3 décembre) sera suivie en début d'année prochaine de l'élection des quelque 600 députés de l'Assemblée nationale qui éliront à leur tour le Conseil d'Etat, ensuite chargé de désigner le président.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.