Accéder au contenu principal
Etats-Unis / Santé

[Reportage] L'héroïne, ce fléau qui ravage l'Amérique

La consommation d'opiacés est désormais la première cause de mortalité des moins de 55 ans aux Etats-Unis.
La consommation d'opiacés est désormais la première cause de mortalité des moins de 55 ans aux Etats-Unis. Getty/David Gillanders

L'espérance de vie des Américains est en baisse pour la deuxième année consécutive. Cela ne s'était pas produit depuis 1963. En cause, l'épidémie d'overdoses à l'héroïne et aux médicaments opiacés qui ravage le pays. C'est maintenant la première cause de mortalité des Américains de moins de 55 ans. Il faut dire que depuis quelques mois, la drogue est coupée avec des produits encore plus nocifs. Reportage à Martinsburg, ville de Virginie-Occidentale, l'Etat le plus touché par l'épidémie d'overdoses.

Publicité

Avec notre envoyée spéciale à Martinsburg,  Anne Corpet

Régulièrement, sirènes d'ambulances et de police retentissent à Martinsburg. Les overdoses y sont quasi quotidiennes. Andrew Garcia, policier, a interpellé pendant dix ans des dealers et des drogués, mais l'héroïne a continué de proliférer. Alors pendant son temps libre, il tente de rassembler des fonds pour ouvrir un centre spécialisé.

« Avec les drogués, c'était "hé mon gars, tu en as sur toi, je vais te mettre en prison, ça va te sevrer un peu et te maintenir en vie". Ça m'a pris un certain temps pour réaliser qu'il fallait faire plus que simplement arrêter les gens. C'est pour ça que j'essaye d'aider les gens à aller en centre de traitement et à avoir plus de mesures de prévention par ici », explique-t-il.

Une politique répressive

Un avis que partage Tony Russo, travailleur social en Virginie-Occidentale. « On a une approche carcérale et répressive vis-à-vis de la drogue. L'idée est de trouver les drogués, les petits dealers, les plus gros dealers et de les jeter tous en prison. Cette approche punitive ne marche pas. Elle n'a aucun sens. Pourtant, c'est ce que nous faisons depuis 50 ans », déplore-t-il.

Tina Stride a un fils toxicomane, âgé de 26 ans. Cela fait dix-huit mois qu'il a décroché, mais ce n'est pas la première fois qu'il tente d'arrêter la drogue, et elle craint toujours une rechute. D'autant que depuis peu, l'héroïne qui circule dans la ville est coupée avec des produits encore plus dangereux.

« Ce qu'ils font ici  maintenant, et on le constate de plus en plus, c'est qu'ils ajoutent du fentanyl. Ils mixent l'héroïne avec du fentanyl ou ils vendent du fentanyl pur. Et cela tue. Cela ne laisse aucune chance », affirme-t-elle.

La drogue est partout aux Etats-Unis maintenant. C’est généralisé. Les toxicomanes sont électriciens, plombiers, comptables, ce ne sont plus seulement des sans-abris. C’est généralisé. Votre famille peut être millionnaire et compter un drogué.

Des produits 50 à 100 fois plus puissants que l'héroïne

Le fentanyl et le carfentanyl que l'on retrouve dans la drogue sont des produits 50 à 100 fois plus puissants que l'héroïne. Les services d'urgence ont dû s'adapter à la dangerosité de ces produits.

« Le carfentanyl pénètre très facilement dans le corps humain, au simple contact. Ils disent qu'être au contact d'une petite boule de carfentanyl peut tuer quelqu'un. Donc quand on intervient chez quelqu'un et qu'on voit ce genre de produit, on sait qu'on doit faire attention, on s'écarte, parce qu'il y a un fort risque de perdre sa vie dans ce genre de cas », raconte Brian Costello, chef ambulancier à Martinsburg. Dernièrement, dans l’Ohio, un policier est resté trois jours dans le coma après avoir épousseté à main nue des traces de carfentanyl sur son uniforme.

Même si Donald Trump a évoqué une crise sanitaire, la nouvelle direction chargée de la lutte contre l'épidémie d'héroïne dépend du ministère de la justice et non du département de la santé.

Réécoutez le Grand reportage d'Anne Corpet, L'héroïne, ce fléau qui ravage l'Amérique

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.