Accéder au contenu principal
Justice / Turquie

Etats-Unis: un banquier turc condamné, Ankara dénonce une «ingérence»

Le siège de la Halkbank à Ankara, le 17 décembre 2013.
Le siège de la Halkbank à Ankara, le 17 décembre 2013. REUTERS/Umit Bektas

Une ingérence dans les affaires turques : c’est de cette manière qu’Ankara a accueilli la condamnation ce mercredi par la justice américaine du banquier turc Mehmet Atilla. L’homme a été reconnu coupable de fraude bancaire et de conspiration, dans une affaire de trafic de pétrole et d’or qui aurait permis à la Turquie de contourner les sanctions internationales.

Publicité

Pendant les trois semaines qu’a duré son procès, Mehmet Atilla, l’ex-directeur général adjoint de la banque publique turque Halkbank, n’a eu de cesse de démentir toutes les accusations portées contre lui.

Blanchiment

Depuis son arrestation, l’an dernier, lors d’un voyage à New York, il est accusé d’avoir été au cœur d’un trafic qui aurait pendant des années permis à l’Iran de blanchir les revenus de ses hydrocarbures, alors que le pays était sous le coup de sanctions économiques pour cause de programme nucléaire.

Mais, dans cette histoire, celui qui attire tous les regards, c’est l'homme d’affaires turco-iranien Reza Zarrab, arrêté en 2016 à Miami et qui depuis collabore avec la justice américaine, son témoignage au procès d’Atilla a duré pas moins d’une semaine. Il affirme avoir lui aussi bien profité de ce trafic où la Turquie payait les hydrocarbures de l’Iran en lui envoyant son or, qui était ensuite converti en devises apparaissant comme le produit d’opérations humanitaires.

Selon Zarrab, ce trafic était organisé au plus haut niveau de l'Etat turc, par plusieurs ministres avec l’assentiment de celui qui était à l’époque le chef du gouvernement, l’actuel président Recep Tayyip Erdogan.

Ankara évoque un procès politique

Ankara parle de procès politique et affirme que la justice américaine a été infiltrée par le prédicateur Fetullah Gülen, réfugié aux Etats-Unis depuis le putsch manqué de janvier 2016.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.