Accéder au contenu principal
Etats-Unis

Fusillade au lycée de Parkland: Nikolas Cruz, un adolescent amateur d'armes

Les étudiants du lycée Marjory Stoneman Douglas de Parkland, une localité située à 70 km environ au nord de Miami, évacués.
Les étudiants du lycée Marjory Stoneman Douglas de Parkland, une localité située à 70 km environ au nord de Miami, évacués. WSVN.com via REUTERS.

L'auteur supposé de la fusillade dans un établissement scolaire du sud-est de la floride a été arrêté. Il s'agit de Nikolas Cruz, un jeune homme dépressif de 19 ans fasciné par les armes à feu. Les enquêteurs cherchent à comprendre ce qui a pu pousser l'adolescent à commettre un acte aussi dément, qui a tué 17 personnes et blessé de nombreuses personnes.

Publicité

Jusqu'à son arrestation après cette fusillade, en troisième position parmi les plus meurtrières de l'histoire américaine, Nikolas Cruz n'a jamais été inquiété par la police. Dans son ancienne école en revanche - celle qui s'est transformée hier en scène de crime - cet élève solitaire était connu et craint pour ses attitudes menaçantes. Les témoignages de ses camarades de cours et des enseignants, recueillis par les médias américains, concordent à le décrire comme un adolescent « à problèmes ».

A plusieurs reprises Nikolas Cruz a été exclu des cours pour comportements violents. Après que des munitions ont été retrouvées sur lui, il lui a été interdit de venir à l'école avec un sac à dos. La direction du lycée avait même envoyé un message d'avertissement le concernant à l'ensemble des enseignants. Nikolas Cruz avait finalement été renvoyé de l'établissement pour raisons disciplinaires.

Qu'est-ce qui a pu pousser ce jeune homme, qui a grandi dans une famille adoptive, à passer à l’acte ? A la recherches de réponses, les enquêteurs ont trouvé des images alarmantes sur les réseaux sociaux : on y voit l'adolescent masqué coiffé d'une casquette de l'armée de terre et exhibant des couteaux et des fusils à pompe. Le jeune  homme aurait fait une préparation militaire selon des sources au Pentagone.

Selon des témoignages recueillis par le New York Times, la mère adoptive -décédée il y a quelques mois, dix ans après son mari- du jeune garçon avait régulièrement du appeler à plusieurs reprises à la police pour les ramener à la raison, lui et son frère Zachary, également un enfant adopté.

Ecouter l'analyse d'Anne Deysine, spécialiste des questions politiques et juridiques aux Etats-Unis sur ces fusillades à répétition

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.