Accéder au contenu principal
Amérique du Sud

La droite sud-américaine lance l'offensive contre l'Unasur

De gauche à droite notamment: les présidents Mauricio Macri d'Argentine, Martín Vizcarra du Pérou et Sebastián Piñera du Chili, lors du Sommet des Amériques de Lima, le 14 avril 2018.
De gauche à droite notamment: les présidents Mauricio Macri d'Argentine, Martín Vizcarra du Pérou et Sebastián Piñera du Chili, lors du Sommet des Amériques de Lima, le 14 avril 2018. CRIS BOURONCLE / AFP

Créée il y a 10 ans, notamment sous l'impulsion du président vénézuélien Hugo Chavez, l'Union des Nations du Sud (Unasur) est aujourd'hui sur la sellette. Six pays d'Amérique du Sud viennent de décider qu'ils la quittaient pour un temps indéfini. Une décision qui reflète la perte d'influence des pays bolivaristes dans la région. L'Unasur va donc devoir fonctionner pour un temps sans le financement de la moitié de ses membres.

Publicité

Avec notre correspondant à Quito,  Eric Samson

Qu'elle semble lointaine, l'époque où les pays bolivaristes dominaient la scène politique en Amérique du Sud. C'était déjà devenu évident les 13 et 14 avril derniers à Lima, lors du dernier Sommet des Amériques.

Les régimes adeptes du socialisme du XXIe siècle sont sur la défensive. C'est encore le cas aujourd'hui avec la décision de six pays d'Amérique du Sud de se retirer indéfiniment de l'Unasur, un organisme pensé comme un contrepoids aux Etats-Unis et à l'Organisation des Etats américains (OEA).

Le Brésil, l'Argentine, le Chili, le Paraguay, le Pérou et la Colombie estiment que l'Unasur est en situation de paralysie. Ils en veulent pour preuve l'impossibilité, faute de consensus, d'élire un nouveau président malgré la présence de sept candidats.

Ces pays demandent la réactivation d'un organisme que ne défend plus que l'Equateur, la Bolivie ou le président vénézuélien Nicolas Maduro, qui a demandé aux leaders de droite au pouvoir en Amérique du Sud de faire preuve d'un petit peu de conscience sud-américaine.

→ À relire : Au Sommet des Amériques, un accord pour la lutte contre la corruption

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.