Accéder au contenu principal
Venezuela

[Reportage] Venezuela: Henri Falcon en campagne dans le bidonville de Petare

Henri Falcon, le 30 avril 2018 à Caracas.
Henri Falcon, le 30 avril 2018 à Caracas. Luis ROBAYO / AFP

Au Venezuela, la campagne présidentielle a débuté il y a une dizaine de jours et pour le moment, elle est loin de déchaîner les foules. Candidat à sa réélection, Nicolas Maduro promet notamment « la prospérité économique » s'il est élu pour la période 2019-2025. Face à lui, Henri Falcon fait figure de principal adversaire de l'actuel chef de l'Etat. Dissident du chavisme, Falcon a depuis été notamment le directeur de campagne de l'opposant Henrique Capriles contre Nicolas Maduro lors de la présidentielle de 2013. Il propose notamment de dollariser l'économie afin de lutter contre l'hyperinflation qui ronge le pouvoir d'achat des Vénézuéliens.

Publicité

Reportage de notre correspondant à Petare, l'un des plus grands bidonvilles d'Amérique latine,  Julien Gonzalez

Même si Henri Falcon devance Nicolas Maduro dans plusieurs sondages, il n'y avait pas foule mardi 1er mai, journée internationale des travailleurs, pour le suivre dans le quartier pauvre de José Felix Ribas. Mais le candidat l'assure : les déplacements spontanés comme celui-ci permettent d'« être au plus près de la population ».

« Le gouvernement de Maduro ne fait qu'offrir la misère aux gens, dit-il. Etre dans ce quartier populaire, c'est une manière de réaffirmer notre engagement à défendre tous les secteurs de la société, et plus particulièrement les plus pauvres. Je veux répondre à l'espoir. L'espoir de tout un peuple qui veut un destin meilleur. »

Un discours qui convainc à 100% Pedro Caraballo. Cet électeur d'opposition y croit et pour lui, la clé de la victoire à l'élection présidentielle sera dans la participation : « J'ai la foi : il peut être le prochain président. Mais les gens sont résignés. Il y a beaucoup de Vénézuéliens qui disent qu'ils n'iront pas voter. En tant que vénézuélien, je lance un message à tout le peuple : il faut que nous sortions tous voter pour qu'il y ait un changement au Venezuela ! »

Des électeurs d'opposition pour le soutenir... mais aussi des chavistes déçus comme Gustavo qui votera pour lui le 20 mai prochain : « J'ai été un chaviste de cœur. Mais je ne sais pas ce qu'il s'est passé : Nicolas Maduro n'a pas répondu aux attentes qu'avaient laissées le commandant Chavez. Parmi les quatre candidats d'opposition en lice, celui qui sait le plus faire bouger les choses en politique comme en économie, c'est Falcon. C'est celui qui peut le plus nous aider à sortir de cette situation. »

Henri Falcon a promis de multiplier les déplacements dans tout le pays d'ici la fin de la campagne prévue le 17 mai prochain.

Reportage de Julien Gonzalez, à l'est de Caracas, à Petare, l'un des plus grands bidonvilles d'Amérique Latine

 

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.