Accéder au contenu principal
Brésil

Grève des routiers au Brésil: Temer mobilise l'armée pour lever les barrages

Un véhicule de la police militaire escorte un camion transportant de l'essence jusqu'à une station à Canoas, au Brésil, le 25 mai 2018.
Un véhicule de la police militaire escorte un camion transportant de l'essence jusqu'à une station à Canoas, au Brésil, le 25 mai 2018. REUTERS/Diego Vara

Le gouvernement brésilien a haussé le ton ce vendredi 25 mai face à la grève des routiers qui paralyse tout le pays depuis le début de la semaine. Le président Michel Temer a signé un décret qui autorise l’emploi des forces armées pour lever les centaines de barrages érigés dans tout le pays.

Publicité

Avec notre correspondant à Rio de Janeiro, François Cardona

Face au risque de pénurie d’essence, Michel Temer a finalement décidé de recourir à l’armée. Le décret qu’il a signé est valide pour quatre jours. L’usage de la force pour lever les barrages a été approuvé par un juge de la Cour suprême – avec des amendes prévues pour les conducteurs de camion récalcitrants, de plus de 2 500 euros.

Des mesures de rétorsion inédites de la part des autorités pour tenter de débloquer une situation devenue critique : en quelques jours, la grève des transporteurs routiers a réussi à déstabiliser le Brésil tout entier, qui dépend des camions pour ses approvisionnements et ses exportations de matières premières.

Pénuries d'essence

Plus de 10 aéroports se sont retrouvés à court de combustible, faute d’avoir été livrés en kérosène. Les supermarchés commencent à manquer de produits frais. Le maire de São Paulo, la capitale économique, a décrété l'état d'urgence afin de pouvoir réquisitionner de l’essence.

Lancé pour protester contre la hausse des prix du diesel, le mouvement a pris une ampleur sans précédent. Les routiers brésiliens n’entendent pas renoncer face à la pression du gouvernement. Malgré des négociations chaotiques, le bras de fer se poursuit.

Manifestation en soutien à la grève des routiers sur une route à Canoas.
Manifestation en soutien à la grève des routiers sur une route à Canoas. REUTERS/Diego Vara

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.