Accéder au contenu principal
Brésil

Grève des routiers brésiliens: le président Temer cède pour éviter le chaos

Des véhicules militaires accompagnent les camions de transport de produits pétroliers, le 28 mai 2018 sur l'autoroute de Porto Alegre.
Des véhicules militaires accompagnent les camions de transport de produits pétroliers, le 28 mai 2018 sur l'autoroute de Porto Alegre. REUTERS/Diego Vara

Le président de la République brésilienne, Michel Temer, accorde une baisse du prix du diesel de 12% aux camionneurs qui paralysent le pays depuis une semaine. La situation reste critique, avec de nombreux secteurs de l'économie affectés. Le retour à la normale prendra du temps.

Publicité

C'était le principal motif de colère des routiers : le prix du diesel a augmenté ces dernières semaines. Après des heures de pourpalers dimanche 27 mai 2018, la présidence fait finalement un geste pour apaiser la situation. Le chef de l'Etat promet que le gouvernement prendra sur lui pour ne pas plomber la compagnie pétrolière d'Etat, première entreprise du pays, déjà affectée financièrement par une tentaculaire affaire de corruption qui secoue le pays depuis plusieurs années.

Annonce du président brésilien Michel Temer, le 27 mai 2018 à Brazilia.
Annonce du président brésilien Michel Temer, le 27 mai 2018 à Brazilia. REUTERS/Ueslei Marcelino

« Sur la première demande des camionneurs, le prix du diesel, il sera réduit de 46 centimes le litre, a déclaré Michel Temer, dimanche à Brazilia. Pendant 60 jours, le prix ne changera pas, et après cela - c'est-à-dire dans deux mois -, l'ajustement se fera mois par mois. Le gouvernement fait des sacrifices dans le budget, et couvrira cette différence sans affecter Petrobras. » A noter qu'il cède aussi sur la suppression de certains péages pour les poids lourds.

Une grève puissante dans un pays sortant à peine d'une récession historique

Les effets de la crise se feront encore sentir un temps. Ce lundi, la plupart des stations-services sont à sec, malgré l'action de l'armée pour escorter des camions-citernes ces derniers jours. Des supermarchés connaissent toujours des pénuries de produits frais, et le syndicat des éleveurs estime avoir perdu 64 millions de volailles, mortes faute de soins et de nourriture. Les lignes d'approvisionnement mettront des semaines, ou des mois, à se remettre en place.

Après les annonces présidentielles, les principaux représentants des routiers se disent néanmoins prêts à lever les barrages routiers. « Je pense que l'affaire est résolue », a déclaré José da Fonseca Lopes, président de l'Association brésilienne des camionneurs (Abcam), qui revendique 600 000 routiers indépendants. Les Brésiliens peuvent donc espérer un retour progressif à la normale. La grève des camionneurs aura paralysé le pays durant une semaine.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.