Accéder au contenu principal
Argentine

Argentine: l'agence nationale de presse Telam licencie à tour de bras

Manifestation d'employés de la Telam à Buenos Aires, le 27 juin 2018.
Manifestation d'employés de la Telam à Buenos Aires, le 27 juin 2018. DAMIAN DOPACIO / NOTICIAS ARGENTINAS / AFP

Émotion parmi les journalistes en Argentine avec l'annonce de 350 licenciements à l'agence nationale de presse Telam. Le gouvernement de centre droit de Mauricio Macri évoque des recrutements injustifiés et politisés effectués sous la présidence de Cristina Kirchner. Les syndicats dénoncent un ajustement dans le cadre d'une politique de réduction des dépenses de l'Etat.

Publicité

Avec notre correspondant à Buenos Aires, Jean-Louis Buchet

Devant le ministère en charge des médias publics, une centaine de journalistes de l'agence de presse nationale Telam manifestent.

Comment justifier le licenciement de 350 travailleurs de l'agence ? RFI a posé la question au ministre, Hernán Lombardi : « Sous le kirchnérisme, l'agence est passée de 400 employés à près de 950, sans aucune justification journalistique, mais pour en faire un outil de propagande politique. Nous travaillons à reconstruire une agence professionnelle. »

Salle de rédaction silencieuse

L'agence est en grève et occupée depuis mardi. Dans une salle de rédaction silencieuse, Ariel Bargach, journaliste du service international et délégué syndical déplore que « depuis quelque temps, des couvertures étaient annulées parce que les questions budgétaires prenaient le pas sur les décisions éditoriales. Et il y a 15 jours, nous avons eu vent de ce plan d'ajustement qui se traduit par 350 licenciements. Sans aucune logique dans le choix des licenciés ni dans la décision elle-même. »

Il est vrai que sous les Kirchner, dans les médias publics et dans certains médias privés financés par la publicité de l'Etat, avait fleuri un journalisme dit militant, ouvertement favorable au gouvernement.

Mais il est vrai aussi que beaucoup des licenciés ne correspondent pas à ce profil. Et que, suite à l'accord signé avec le FMI, l'Argentine s'est engagée à réduire ses dépenses publiques. Les journalistes de Telam en font les frais.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.