Accéder au contenu principal
Venezuela

Venezuela: les chavistes se mobilisent lors d'une «marche pour la paix»

Une «marche pour la paix» organisée au Venezuela par le camp chaviste au pouvoir au Venezuela, le 5 octobre 2018.
Une «marche pour la paix» organisée au Venezuela par le camp chaviste au pouvoir au Venezuela, le 5 octobre 2018. REUTERS/Marco Bello

Au Venezuela, au moins 1500 personnes se sont rassemblées ce 5 octobre pour apporter leur soutien au président Nicolas Maduro dans le cadre d'une « grande marche pour la paix ».

Publicité

Avec notre correspondant à Caracas, Julien Gonzalez

Au Venezuela, une grande mobilisation des chavistes avait lieu ce 5 octobre à l'appel notamment de Diosdado Cabello, l'actuel président de l'Assemblée constituante et l'homme fort du parti chaviste au pouvoir. Cette manifestation se voulait « en défense de la liberté » et « au nom de la paix », selon le camp du président Nicolas Maduro.

Casquette à l'effigie de Chavez sur la tête, Dennis Sanchez se dit « révolutionnaire depuis toujours ». Deux mois après la tentative d'assassinat dont s'est dit victime Nicolas Maduro, il est venu apporter « son soutien à 100% » au chef de l'Etat.

« Grâce à Dieu, il n'est rien arrivé ce jour-là à notre président Nicolas Maduro, se félicite-t-il. Mais cette tentative d'attentat contre l'exécutif de notre pays montre que nous faisons l'objet d'une agression étrangère. Et le but de cet attentat, c'était de mener à une intervention militaire internationale et ça, nous n'en voulons pas ! Nous voulons la paix parce que nous sommes un peuple de paix et nous ne sommes une menace pour personne ! »

Rafael Rojas est lui aussi ici pour affirmer son soutien à Nicolas Maduro « malgré toutes les difficultés » provoquées selon lui principalement par les Etats-Unis.

« Le gouvernement de Trump a augmenté de manière exponentielle les agressions contre le Venezuela ! assène-t-il. Nous vivons en ce moment une véritable agression économique. Des comptes bancaires qui permettent d'acheter des aliments à l'étranger sont bloqués. Les sanctions économiques touchent beaucoup plus que des individus en particulier, elles touchent tout le peuple vénézuélien. J'espère que ces mesures contre le Venezuela seront retirées pour que nous puissions avancer ».

« Agressions étrangères »

L'opposition en appelle à l'ouverture d'un canal humanitaire au Venezuela. L'homme fort du parti chaviste au pouvoir Diosdado Caballo demande, lui, « la levée du blocage économique contre le pays ».

Les autorités vénézuéliennes se disent victimes « d'agressions étrangères » menées principalement par les Etats-Unis. Cette marche intervient dans un contexte particulier puisqu'elle se déroule deux mois après la tentative d'attentat dont s'est dit victime le président Nicolas Maduro et alors que de nombreux cadres du gouvernement, à commencer par Nicolas Maduro, font l'objet de sanctions économiques par Washington.

D'autre part, à l'appel du « Frente amplio », ce conglomérat de partis d'opposition et de mouvements opposés au gouvernement, des représentants de travailleurs et des syndicats ont manifesté ce 5 octobre à Caracas comme dans le reste du pays devant le siège de l'Inspection du travail. Ils protestaient contre « la perte de bénéfices salariaux » et pour exiger des augmentations de salaires des employés face à la crise économique.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.