Accéder au contenu principal
Venezuela

Venezuela: l'opposition ne décolère pas après la mort de Fernando Alban

Une cérémonie en hommage à Fernando Alban a eu lieu dans l'enceinte de l'Assemblée nationale vénézuélienne, le 9 octobre 2018.
Une cérémonie en hommage à Fernando Alban a eu lieu dans l'enceinte de l'Assemblée nationale vénézuélienne, le 9 octobre 2018. REUTERS/Marco Bello

Incarcéré vendredi dernier dans un bâtiment des services de renseignements pour son implication, selon les autorités vénézuéliennes, dans la tentative d'attentat dont s'est dit victime Nicolas Maduro début août, Fernando Alban est mort ce lundi en prison.

Publicité

Avec notre correspondant à Caracas, Julien Gonzalez

Les autorités assurent que Fernando Alban s'est suicidé. Le procureur général de la République nommé par l'Assemblée constituante a affirmé que « Fernando Alban a demandé à aller aux toilettes et une fois là-bas, s'est jeté dans le vide depuis le dixième étage ».

L'opposition dénonce au contraire l'assassinat de ce conseiller municipal d'une des cinq municipalités de Caracas et les instances internationales comme l'Union européenne et l'ONU ont multiplié les appels ce mardi à l'ouverture d'une enquête indépendante.

Le décès a bouleversé toute l'opposition

Une mort qui a bouleversé toute sa famille politique, le parti Primero Justicia (La Justice d'abord) mais aussi plus globalement toute la coalition d'opposition. Un hommage en session parlementaire et une veillée funèbre ont été rendus ce mardi dans l'enceinte du Parlement, seule institution aux mains de l'opposition.

« Sa famille, quand elle a pu parler avec lui, savait qu'il était soumis à diverses pressions, assure à RFI Juan Pablo Guanipa, député et membre du parti Primero Justicia. Et ses avocats ont dit que malgré toutes ces pressions, il restait solide ! Donc cette thèse du suicide, c'est un acte de cynisme de la dictature de Nicolas Maduro. Qu'ils assument leurs responsabilités ! Les autorités ont soumis Fernando Alban à des tortures et malheureusement, ils l'ont tué. Il a été tué par la dictature ! »

Obsèques ce mercredi

Une tristesse et une indignation partagée par Henrique Capriles, membre du même parti et candidat de l'opposition lors des deux dernières présidentielles. Il en appelle à l'union de toute l'opposition pour obtenir la vérité. « Nous vivons une tragédie ! Et face à une telle tragédie, c'est plus que jamais le moment d'être unis. Je crois qu'il est de notre devoir d'exiger, d'insister et d'utiliser tous les recours pour qu'il y ait une enquête transparente et qu'il puisse y avoir une justice ! »

D'autres hommages ont été rendus ce mardi. Les obsèques de Fernando Alban auront lieu quant à elles ce mercredi.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.