Accéder au contenu principal
Brésil

Brésil: les LGBT cherchent à se mobiliser avant l'arrivée de Bolsonaro

La Gay Pride de Copacabana, à Rio, le 30 septembre 2018.
La Gay Pride de Copacabana, à Rio, le 30 septembre 2018. Mauro Pimentel / AFP

Avec la prise de fonctions de Jair Bolsonaro, le nouveau président brésilien d’extrême droite, en janvier prochain, l'inquiétude grandit dans la communauté LGBT. Les mariages entre personnes du même sexe ont même augmenté ces dernières semaines.

Publicité

De notre correspondant à Rio de Janeiro,

Les lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres se préparent à des heures sombres. Dans certains quartiers de Rio ou de São Paulo, se tenir la main dans la rue est même devenu dangereux. C'est parfois prendre le risque de recevoir des injures ou des coups quand on est gay ou lesbienne. Plusieurs agressions ont été recensées par les associations de défense des minorités sexuelles.

Avec l’élection de Jair Bolsonaro, connu pour ses positions homophobes et machistes, la communauté LGBT craint que le droit au « mariage pour tous » soit remis en question par le nouveau chef d’Etat. A São Paulo, la capitale économique, l’association des notaires - chargés de célébrer les unions civiles - a remarqué une augmentation des unions de plus d’un tiers par rapport à l’année dernière.

Cette préoccupation est-elle fondée ?

Au Brésil, une décision la Cour suprême permet l’union civile pour les homosexuels depuis 2013. Mais cette jurisprudence peut être remise en question par une loi. Alors, l’incertitude grandit : Jair Bolsonaro est un ami proche du pasteur évangélique Silas Malafaia, à la tête de l’Eglise de l’Assemblée de Dieu, un ultra-conservateur en guerre contre le mariage pour tous.

Le président élu du Brésil, Jair Bolsonaro, le 24 novembre 2018 à Rio de Janeiro lors d'une cérémonie militaire.
Le président élu du Brésil, Jair Bolsonaro, le 24 novembre 2018 à Rio de Janeiro lors d'une cérémonie militaire. REUTERS/Ricardo Moraes

Quelques jours avant son élection, Jair Bolsonaro a signé un engagement avec l’Eglise catholique brésilienne, pour défendre et promouvoir « le sens véritable du mariage et de l’union entre un homme et une femme ».

Par ailleurs le président élu a décidé de nommer une femme pasteure évangélique, Damara Alves, ministre de la Femme, de la Famille et des Droits de l'Homme. Elle a récemment pris position contre l’avortement et le « mariage pour tous ».

Comment les LGBT se mobilisent-ils ?

Des volontaires, mobilisés en ligne, ont décidé ces dernières semaines d’aider des centaines de couples de même sexe, mais aux revenus faibles, à se marier à peu de frais. Mais des associations LGBT réunissent également des fonds pour permettre à des dizaines de transsexuels de payer rapidement leur changement d’identité. Une démarche administrative possible mais aujourd’hui très compliquée.

Elle risque de le devenir encore davantage sous le nouveau gouvernement Bolsonaro. Durant la campagne, l’ancien capitaine de l’armée s’est engagé à supprimer les financements publics pour toutes les organisations de défense des minorités. Une déclaration qui n’a pas provoqué de tollé dans ce pays, où la moitié des Brésiliens se disent contre l’avortement et le « mariage pour tous ».

→ À relire : Avec Bolsonaro, les cours d’autodéfense pour femmes et LGBT explosent

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.