Accéder au contenu principal
Etats-Unis

Etats-Unis: l'ex-conseiller de Trump, Roger Stone, inculpé

Roger Stone pris en photo lors d'une conférence à Washington en décembre 2018.
Roger Stone pris en photo lors d'une conférence à Washington en décembre 2018. REUTERS/Jim Urquhart

Roger Stone, un proche de longue date de Donald Trump, a été brièvement arrêté vendredi en Floride à la suite d'un acte d'accusation des services du procureur spécial Robert Mueller, chargé de l'enquête sur les soupçons d'ingérences russes dans la campagne présidentielle américaine de 2016. Roger Stone, qui faisait office de conseiller officieux, vient d'être inculpé de sept chefs d'accusation, dont ceux de fausses déclarations, de subornation de témoin et d'obstruction à une procédure officielle.

Publicité

C’est un homme de l'ombre. Roger Stone, un professionnel des mauvais coups dont la spécialité est d'aller chercher les ragots sur ses adversaires politiques. C'est ce qui s'est passé en 2016 : Roger Stone veut faire élire Donald Trump et pour cela, il faut faire tomber Hillary Clinton. Tous les coups sont permis, y compris les plus bas.

Alors quand WikiLeaks publie des dizaines de milliers d'emails piratés dans le camp démocrate, il se frotte les mains. Il se rapproche de Julian Assange pour savoir si WikiLeaks va publier d'autres documents compromettants et ce qu'ils vont contenir. Il obtient ces informations et les transmet à l'équipe de campagne de Donald Trump.

Méthodes politiques douteuses

Sauf que son petit manège fuite dans la presse. Le Congrès s'intéresse de très près à ses activités et Stone finit par être convoqué devant la Chambre des représentants pour s'expliquer. Que fait-il ? Il ment ; il affirme qu'il n'a jamais rien demandé à WikiLeaks et qu'il n'a contacté aucun intermédiaire pour joindre Julian Assange. Le problème, c'est que ses textos et ses appels prouvent le contraire.

C’est pour cette raison qu'il est mis en examen pour fausse déclaration, subornation de témoin, et obstruction à une procédure officielle. Il n'y a pas de connexion directe avec la Russie, mais une fois encore, le procureur Mueller met en lumière les méthodes politiques douteuses des proches du président américain.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.