Accéder au contenu principal
Canada

Femmes autochtones du Canada: polémique sur l'emploi du terme «génocide»

Le Premier ministre Justin Trudeau lors de la cérémonie de remise du rapport sur les femmes autochtones assassinées, le 3 juin à Gatineau, au Québec.
Le Premier ministre Justin Trudeau lors de la cérémonie de remise du rapport sur les femmes autochtones assassinées, le 3 juin à Gatineau, au Québec. Andrew Meade / AFP

Au Canada, le Premier ministre Justin Trudeau s'engage à donner suite à un rapport sur les femmes et les filles autochtones disparues ou assassinées. Les auteurs évoquent un « génocide » pour résumer les années de violences subies par les femmes autochtones, métisses et inuites, ce qui a suscité la controverse.

Publicité

Avec notre correspondant à Montréal,  David Savoie

Remis le 3 juin, ce volumineux rapport de 1 200 pages pour expliquer toutes les violences subies par les femmes autochtones, métisses et inuites du Canada, est le résultat d'une enquête nationale sur les femmes autochtones disparues et assassinées menée pendant trois ans.

Parmi les 231 recommandations du rapport figurent notamment la création d'un plan national qui toucherait l'éducation, la santé et l'emploi des « premières nations », ou encore la nécessité d'un tribunal des droits des autochtones.

À lire aussi : Un rapport dénonce un « génocide » des femmes autochtones

Ces recommandations ont été entendues par le gouvernement canadien, affirme le Premier ministre Justin Trudeau. « Je vous donne ma parole que mon gouvernement va donner suite aux appels à la justice énoncés dans le rapport de l'enquête », a-t-il promis.

« Génocide » ?

Mais le mot « génocide » n'a pas franchi ses lèvres. Il est pourtant employé à 122 reprises dans le rapport pour qualifier la violence et les injustices systémiques subies par les femmes autochtones au Canada.

Dans l'opposition, le chef du Nouveau parti démocratique (NPD, sociaux-démocrates), Jagmeet Singh, n'a pas eu cette hésitation. « Ce qui s'est passé avec la communauté autochtone, avec les femmes, avec les filles, était vraiment une grande trahison du système de justice », a-t-il déclaré.

Plus de 2 000 personnes ont témoigné dans cette enquête. Lors du dépôt du rapport, des centaines de femmes ont prévenu le gouvernement canadien qu'elles s'attendaient désormais à des actions concrètes.

Il vient un peu minimiser la cause des femmes autochtones. Il aurait fallu qu'il se lance, qu'il comprenne le tort du Canada.

[Reportage] Femmes autochtones du Canada : Justin Trudeau n'emploie pas le terme de «génocide», au grand dam des premiers concernés

À la Une : un génocide au Canada ?

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.