Accéder au contenu principal
Guatemala

Le Guatemala sera-t-il capable d’appliquer l’accord migratoire avec Washington?

Une Guatémaltèque manifeste contre l'accord migratoire avec Washington, avec une pancarte où l'on peut lire «Président hypocrite, vend sa patrie», dans la ville du Guatemala, le 27 juilet 2019.
Une Guatémaltèque manifeste contre l'accord migratoire avec Washington, avec une pancarte où l'on peut lire «Président hypocrite, vend sa patrie», dans la ville du Guatemala, le 27 juilet 2019. REUTERS/Luis Vargas

L’accord migratoire signé entre les États-Unis et le Guatemala a suscité une forte polémique dans ce pays centraméricain, dont le gouvernement s’est engagé à recevoir les migrants qui veulent demander l’asile aux États-Unis. C’est à la fois la mise en oeuvre de cet accord et la capacité du Guatemala de recevoir ces migrants qui font question.

Publicité

Avec notre correspondant dans la région, Patrick-John Buffe

Nombreux sont les Guatémaltèques à s’insurger contre cet accord. À la fois parce qu’il a été négocié en secret et qu’il a été signé en dépit d’un arrêt de la Cour constitutionnelle qui empêchait le gouvernement de le faire sans l’accord du Parlement. De sorte qu’aujourd’hui, l’entrée en vigueur de cet accord, contre lequel plusieurs recours ont été déposés, reste incertaine.

Par ailleurs, il y a de grands doutes sur la mise en œuvre de ce pacte migratoire qui fait du Guatemala un « pays tiers sûr », ce qu’il ne peut pas être. Car il connaît les mêmes niveaux de violence et d’insécurité que le Honduras et le Salvador. On ne voit donc pas l’intérêt de ces migrants, qui fuient leur pays pour ces raisons, de demander l’asile au Guatemala.

De plus, les deux tiers de ses habitants vivent dans la pauvreté. Et 70% de la population active travaille dans le secteur informel. Le Guatemala n’a donc pas la capacité d’offrir emplois, éducation, santé et logement à ces migrants, surtout s’ils sont des dizaines de milliers à vouloir demander l’asile. Une hypothèse peu probable, car leur but, c’est d’aller aux États-Unis.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.