Accéder au contenu principal
France/Panama

La France et le Panama s’unissent contre la fraude fiscale

Le ministre Gérald Darmanin s'est rendu à Panama pour mettre en place un groupe de travail bilatéral sur la fraude fiscale.
Le ministre Gérald Darmanin s'est rendu à Panama pour mettre en place un groupe de travail bilatéral sur la fraude fiscale. AFP Photos/Ministère des Affaires étrangères du Panama

La France et le Panama veulent créer un groupe spécial pour lutter contre la fraude fiscale. Gérald Darmanin, le ministre français des Comptes publics, a rencontré lundi 19 août son homologue Hector Alexander et s'est aussi entretenu avec le ministre des Affaires étrangères Alejandro Ferrer. Les deux hommes ont signé un accord pour améliorer l'échange d'informations fiscales entre les deux pays.

Publicité

Le texte signé par les deux pays prévoit la création d'un groupe spécial et bilatéral qui se réunirait deux fois par an. Pour le Panama, c'est une opportunité de redorer son image.

Avec cet accord, le Panama espère sortir de la liste française des paradis fiscaux. Pour le gouvernement, cette option est envisageable. Mais Gérald Darmanin a prévenu qu'elle ne sera sur la table qu'après une coopération fiscale parfaite.

Cette coopération concerne surtout les dossiers d'évasion fiscale de Français révélés en 2016 par le scandale des Panama Papers. Il y en a 500 en tout. Et pour le moment, seuls 50 ont été étudiés. Bercy déplore d'ailleurs des informations parfois incomplètes sur ces fichiers.

Un an pour sortir de la liste grise internationale

Le Panama a pourtant été un temps considéré par la France comme un partenaire fiable en matière fiscale. En 2012, Paris l'avait même retiré de la liste des paradis fiscaux. Mais après les Panama Papers, il a immédiatement rebasculé sur liste noire.

Depuis, le pays s'efforce de montrer patte blanche. Il a entrepris de nouvelles réformes de son système financier. Ce qui lui a permis de sortir de la liste des paradis fiscaux de l'Union européenne et de l'OCDE.

►À écouter aussi : Aujourd'hui l'économie - À quoi servent les paradis fiscaux ?

Mais ce petit pays d'Amérique centrale reste sur la liste grise du Groupe international d'action financière. Le nouveau président, Laurentino Cortizo, qui a pris ses fonctions en juillet, s'est donné 12 mois pour en sortir.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.