Accéder au contenu principal
Argentine

Argentine: manifestations pro-Macri, après la défaite des primaires

Le président Mauricio Macri et la première dame, Juliana Awada, saluent leurs supporters au balcon de la Casa Rosada, le palais présidentiel argentin, le 24 août 2019.
Le président Mauricio Macri et la première dame, Juliana Awada, saluent leurs supporters au balcon de la Casa Rosada, le palais présidentiel argentin, le 24 août 2019. Argentina Presidency/ REUTERS

En Argentine, des dizaines de milliers de personnes ont manifesté ce samedi 24 août, pour soutenir le président de centre droit Mauricio Macri, battu de 15 points aux primaires du 11 août dernier, par son adversaire péroniste, Alberto Fernández, largement favori pour la présidentielle d’octobre.

Publicité

Avec notre correspondant à Buenos Aires,  Jean-Louis Buchet

« Sí, se puede. » « Oui, c’est possible. » Ses partisans veulent croire à un sursaut. Le slogan de la campagne victorieuse de Mauricio Macri en 2015 a rythmé la manifestation de ce samedi 24 août.C’est la classe moyenne, dont une partie a abandonné Macri aux primaires pour cause de crise économique, qui est dans la rue pour soutenir le président.

Mariela dirige une entreprise familiale, elle affirme : « En 70 ans de gouvernement, les péronistes n’ont rien fait. On n’a rien à attendre d’eux dans les quatre années qui viennent ! Le gouvernement actuel a reçu un pays en feu et il a commencé à faire des choses qui ne se faisaient pas depuis des années. On ne peut pas réparer 70 ans en trois ! »

« Soutenir la République en danger »

José, ingénieur, craint aussi le retour des kirchnéristes au pouvoir, du vainqueur des primaires, Alberto Fernández, avec l’ancienne présidente Cristina Kirchner comme candidate à la vice-présidence.

« Je suis là pour soutenir la République, qui est en danger aux prochaines élections, compte tenu de l’expérience que nous avons connue avec le gouvernement précédent, qui a empiété sur des institutions comme les pouvoirs judiciaire et législatif », dit-il.

Du balcon de la Casa Rosada, le palais présidentiel, Macri a remercié ses partisans, massés place de mai. Mais le cœur n’y était pas. L’arithmétique électorale et la dynamique politique laissent prévoir un succès de la formule Alberto Fernández-Cristina Kirchner le 27 octobre.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.