Accéder au contenu principal
États-Unis

Voiture autonome: scandale d’espionnage au cœur de la Silicon Valley

L'ingénieur Anthony Levandowski devant la cour fédérale de San Jose, le 27 août 2019.
L'ingénieur Anthony Levandowski devant la cour fédérale de San Jose, le 27 août 2019. REUTERS/Stephen Lam

Un ancien ingénieur star de Google a été inculpé mardi 27 août par la justice fédérale californienne pour avoir volé des secrets de fabrication de la voiture autonome au profit de son nouvel employeur, Uber. Anthony Levandowski, 39 ans, est poursuivi par le département de la Justice américain pour 33 chefs d’inculpation.

Publicité

Avec notre correspondant à San Francisco,  Éric de Salve

C'est une affaire d'espionnage industriel au cœur de la Silicon Valley, sur fond de course à l’innovation pour construire la voiture autonome.

Anthony Levandowski était l’un des ingénieurs les plus en vue de ce secteur particulièrement concurrentiel. Dès 2009, il est l’un des fondateurs de Waymo, projet de voiture sans pilote de Google.

Selon la justice californienne, quelques mois avant de quitter son poste en 2016, il commence à télécharger en toute illégalité jusqu’à 14 000 documents confidentiels sur son ordinateur personnel.

Autant de secrets de fabrication de la future voiture autonome de Google, dont le précieux système de détection d’obstacles LiDAR, notamment.

Or, au même moment, l’ingénieur est en contact avec deux de ses principaux concurrents, qui seront ensuite rachetés par Uber. Le leader du VTC a fini par embaucher M. Levandowski en 2016.

« Nous avons tous le droit de quitter notre travail », estime aujourd'hui le procureur fédéral de Californie. « Mais pas de se remplir les poches en partant. Le vol, ce n'est pas de l’innovation ; la Silicon Valley, ce n’est pas le Far West. »

Entretemps, Waymo et Uber ont trouvé un accord. Mais la justice américaine n’en a pas fini pour autant avec l'ancien ingénieur star de Google.

L'étoile déchue de la Tech risque maintenant jusqu’à dix ans de prison et 250 000 dollars d’amende pour chacun de ses 33 chefs d’inculpation.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.