Accéder au contenu principal
Argentine

L’Argentine reprend le contrôle sur les changes pour limiter la chute du peso

Les entreprises argentines devront obtenir une autorisation de la banque centrale pour échanger des pesos contre des dollars.
Les entreprises argentines devront obtenir une autorisation de la banque centrale pour échanger des pesos contre des dollars. AFP Photo/Ali al-Saadi

En Argentine, le gouvernement de Mauricio Macri a imposé dimanche 1er septembre un contrôle des changes aux entreprises et particuliers. Cette mesure a été prise pour tenter de rassurer les marchés effrayés par la perspective d’un défaut de paiement.

Publicité

Les entreprises argentines exportatrices devront désormais obtenir une autorisation de la banque centrale pour acheter des devises, notamment américaines. Les particuliers pourront toujours le faire, mais dans la limite de 10 000 dollars par mois.

Ce contrôle des changes a pour objectif de limiter la volatilité du peso argentin, qui a chuté de 20 % en deux semaines en raison des incertitudes qui planent sur les finances nationales. En pleine crise économique, l’Argentine connaît une inflation dévastatrice.

Cette mesure, après la demande de rééchelonnement de la dette adressée au Fonds monétaire international (FMI), permet surtout au gouvernement de gagner du temps. Gabriel Giménez-Roche, professeur d’économie à l’école de commerce NEOMA explique : « Pour le moment, il faut essayer de contrôler la sortie des dollars du pays parce que les investisseurs paniquent. Donc là, on gagne du temps, on essaye de contenir la sortie des dollars pour voir ce qu’il va se passer. Mais les marchés ne sont pas nécessairement rassurés avec ça. »

►À écouter : Aujourd'hui l'économie - L’Argentine au bord du défaut de paiement : à qui la faute ?

Des marchés d’autant moins rassurés que le favori de la présidentielle du mois d’octobre n’est pas le président sortant, le libéral Mauricio Macri, mais le péroniste Alberto Fernandez, proche de l’ancienne présidente Cristina Kirchner, très hostile au FMI et aux politiques d’austérité économique.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.