Accéder au contenu principal
États-Unis / Espace

Une gaffe de Trump permet d'identifier un satellite espion américain

Capture d'écran de la photo satellite que Donald Trump a mise dans son «tweet».
Capture d'écran de la photo satellite que Donald Trump a mise dans son «tweet». Capture d'écran / Twitter

L'Iran a échoué la semaine dernière à mettre un satellite en orbite, un événement dont Donald Trump s'est fait l'écho sur Twitter en publiant une photo satellite du pas de tir iranien détruit après l'accident. Le problème c’est que, selon toute vraisemblance, ce cliché ne provient pas d'un satellite commercial, il est bien trop détaillé, il s'agirait plutôt d'un satellite espion. Et en analysant la photo publiée par le président américain, des astronomes amateurs ont réussi à trouver lequel.

Publicité

Le cliché publié par Donald Trump était-il classifié « secret défense » ? La polémique enfle aux États-Unis.

Toujours est-il qu'il révèle de nombreuses choses. Sur l'image satellite, on voit le pas de tir endommagé du centre spatial iranien Semnan après l'explosion d'une fusée Safir. La photo est très détaillée, trop pour être l'œuvre d'un satellite commercial, ce qui a poussé de nombreux curieux à chercher qui en était l'auteur.

En analysant l'inclinaison de la photo, ils ont pu déterminer avec précision l'endroit dans le ciel d'où elle a été prise. Il ne restait plus qu'à trouver quel satellite passait par là.

Cela tombe bien : de nombreux amateurs ont pour passe-temps de suivre les trajectoires des satellites en orbite, même ceux classés « secret défense » ne leur échappent pas, ils sont visibles depuis le sol si on sait où regarder.

Très vite, le coupable est trouvé : USA-224. Il fait partie du programme de reconnaissance KeyHole 11. Des satellites très imposants, un peu comme le télescope spatial Hubble, mais pointés vers la Terre.

Mais à part cela, « secret défense » oblige, on ne savait pas de quoi il était capable. La photo partagée par Donald Trump apporte beaucoup d'éléments sur ce sujet et notamment celui crucial de sa résolution qui n'était pas connue en dehors des cercles du renseignement américain.

À lire aussi : L'Iran exclut l'idée de «discussions bilatérales» avec Washington

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.