Accéder au contenu principal
États-Unis / Informatique

Dans «Nature», le groupe Google revendique la «suprématie quantique»

Sundar Pichai et Daniel Sank devant un ordinateur quantique de Google à Santa Barbara en octobre 2019.
Sundar Pichai et Daniel Sank devant un ordinateur quantique de Google à Santa Barbara en octobre 2019. Google/Handout via REUTERS

Google dit être arrivé à la « suprématie quantique », une expression pompeuse qui indique que son ordinateur quantique est parvenu à réaliser un calcul que ne pourrait pas faire un ordinateur classique.

Publicité

Google qui publie un article dans les colonnes de Nature, ce n'est pas banal. Mais c'est le cas, à l'occasion du dernier numéro de la prestigieuse revue scientifique. Objet : l'ordinateur quantique, convoité depuis des décennies par les scientifiques pour les promesses qu'il offre par rapport aux ordinateurs classiques.

La firme américaine annonce avoir passé un palier majeur dans son développement. Son ordinateur quantique est parvenu à réaliser un calcul dont le résultat est arrivé en 3 minutes 20, alors qu'il aurait fallu 10 000 ans aux plus puissants des supercalculateurs pour réaliser la même opération.

Il a fallu utiliser des propriétés de la matière à l'échelle quantique, celle de l'infiniment petit. Notamment ce qu'on appelle la superposition : une seule particule peut se trouver dans deux endroits à la fois dans deux états différents. Quelque chose de très bien étudié, et d'appliqué, dans les lasers par exemple.

Un ordinateur quantique va en tirer profit. Par exemple, dans un labyrinthe, là où un système classique testerait tous les chemins pour sortir, les uns après les autres, l'ordinateur quantique, pour sa part, va explorer tous les chemins en même temps, ce qui est bien plus rapide. Un pallier technologique est donc franchi.

Ceci dit, on est encore très loin d'utiliser un tel ordinateur. Cette expérience n'a servi qu'à montrer sa puissance, d'ailleurs toute relative, car les processeurs quantiques sont sensibles. Ils doivent par exemple être refroidis à -270° pour fonctionner. On n'est donc pas prêts de les voir dans nos bureaux.

► À lire aussi : Ordinateurs quantiques, à ne pas mettre entre toutes les mains

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.